Retour

Femmes autochtones tuées ou disparues : Winnipeg hôte d'une table ronde nationale

Des élus fédéraux et provinciaux, des représentants autochtones, ainsi que des proches de femmes disparues seront à Winnipeg cette semaine pour participer à la deuxième table ronde nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

La rencontre, qui se déroule du 24 au 26 février, a pour but de permettre aux leaders rassemblés de discuter des détails de la future commission d'enquête nationale ainsi que des actions que les gouvernements peuvent prendre dès maintenant pour s'attaquer aux sources du problème.

La ministre fédérale des Affaires autochtones Carolyn Bennett espère que la table ronde lui permettra de découvrir des pistes de solutions sur lesquelles Ottawa pourrait agir immédiatement. « Il y a évidemment des choses qu'on pourrait faire ensemble maintenant », a-t-elle déclaré.

Beaucoup de choses ont changé depuis la dernière table ronde organisée il y a un an en réponse à des demandes d'enquête nationale sur le sujet. Les conservateurs qui étaient alors au pouvoir refusaient de déclencher une enquête. Les libéraux, qui les ont remplacés au gouvernement, ont promis la tenue d'une enquête cette année.

Le premier ministre du Manitoba Greg Selinger dit que chaque province a déjà élaboré une liste de projets qui seront examinés et organisés en ordre de priorité. « Il y a beaucoup de gens motivés qui veulent assurer le suivi », constate M. Selinger. 

La première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne, qui sera présente à la discussion, croit que l'enquête n'est qu'une des manières de faire cesser la violence contre les femmes autochtones et que les provinces peuvent en faire plus.

« J'espère que certaines des stratégies suggérées seront entendues à travers le pays, a déclaré la première ministre. L'enquête nationale est importante. J'ai soutenu des communautés autochtones depuis le début en réclamant cette enquête, mais elle ne peut être utilisée comme excuse pour ne pas agir. »

L'Ontario a d'ailleurs annoncé mardi qu'il dépenserait 100 millions dollars au cours des 3 prochaines années sur des stratégies à long terme de lutte contre la violence et de soutien des familles autochtones.

Plus d'articles