Retour

Fin d'une campagne mouvementée pour remplacer Sam Hamad dans Louis-Hébert

C'est aujourd'hui que les citoyens de Louis-Hébert choisiront le successeur de Sam Hamad au terme d'une campagne électorale riche en rebondissements. Les candidats des principaux partis ont joué leurs dernières cartes dimanche pour tenter de convaincre les électeurs qu'ils représentent la meilleure solution pour cette circonscription.

La candidate libérale, Ihssane El Ghernati, souhaite remplacer Sam Hamad, elle qui a été son attachée politique pendant une décennie. Elle mise d’ailleurs sur sa popularité dans ce château fort libéral pour l'emporter.

« Le monde me connait, ça fait 10 ans que je travaille dans le comté, ça fait 10 ans que je suis à la rencontre des citoyens, que je les écoute. Et les gens sont contents que ce soit moi maintenant », affirme-t-elle.

Pas les premiers choix

Mme El Ghernati n'était toutefois pas le premier choix du Parti libéral du Québec (PLQ). Les pancartes électorales étaient à peine installées qu'Éric Tétrault a dû retirer sa candidature en raison d'allégations de harcèlement psychologique au travail.

Normand Sauvageau, premier candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), a lui aussi abandonné la course pour les mêmes raisons.

Le chef de la CAQ, François Legault, estime toutefois que son parti a vite redressé la barre en nommant Geneviève Guilbault candidate dans cette circonscription.

Intégrité

L’ancienne porte-parole du Bureau du coroner a fait de l'intégrité le thème principal de sa campagne.

« Je me distingue beaucoup du précédent candidat. J'ai mis l'intégrité de l'avant, la transparence et l'honnêteté. Ce sont des valeurs que je veux porter comme députée de Louis-Hébert et je trouve que j'incarne le changement qui est tant souhaité par beaucoup de citoyens », explique Mme Guilbault.

Le Parti québécois (PQ) estime pour sa part être le seul parti à insuffler un véritable vent de changement. Le libéral Sam Hamad, qui a quitté la politique en avril, a été député de cette circonscription pendant 14 ans.

« Les électeurs libéraux de Louis-Hébert sont libérés, libérés des libéraux par Sam Hamad, donc ils peuvent regarder un vrai changement », déclare le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée.

Vent de changement

Ce vent de changement espéré dans Louis-Hébert, c’est le candidat Normand Beauregard qui l’incarne au PQ, selon lui.

« Les gens me disaient : “ c'est l’fun ”, tu nous parles de projets d'avenir, d'énergie verte, c'est complètement différent de ce que les autres candidats nous parlent avec des problèmes plutôt que des solutions sur la congestion. Des problèmes au lieu de solutions concernant l'usine Anacolor », raconte M. Beauregard.

Québec solidaire (QS) a de son côté fait de l'environnement sa priorité, notamment avec l'arrêt du projet d'oléoduc Énergie Est.

« On est le seul parti à le défendre avec crédibilité parce que le PQ a des propositions similaires, mais a autorisé le forage à Anticosti et a autorisé la cimenterie McInnis », dit le candidat Guillaume Boivin.

Dix candidats

Les électeurs de Louis-Hébert sont réputés être ceux de la région qui votent en plus grand nombre. Cette circonscription a d'ailleurs eu le meilleur taux de participation avec plus de 80 % lors des élections de 2014.

Plus de 45 000 personnes sont inscrites sur la liste électorale cette année.

Les jeux sont maintenant faits. Reste à voir d'ici quelques heures laquelle des dix candidatures sera retenue par les électeurs de Louis-Hébert.

D’après les informations de Pascale Lacombe

Plus d'articles

Commentaires