Retour

François Gendron : 40 ans de vie parlementaire

En regardant ses albums souvenirs, François Gendron réalise qu'il a connu toute une carrière politique. En 1976, rien ne laissait présager un tel scénario. Lorsqu'il a annoncé à sa conjointe qu'il serait candidat dans Abitibi-Ouest, sa réponse n'a pas tardé.« Ça a été non! On a trois enfants et le dernier n’avait même pas trois ans, ça a été correct, ça a été refusé. Mais après, il n'y avait pas d'autres candidats, alors ils sont revenus fin septembre, début octobre, et là, c'était supposé être juste pour se présenter pendant la campagne et après il reviendrait à la maison », explique-t-elle. « Sachant que je ne passerais pas », ajoute François Gendron.Onze élections, onze victoiresÀ la suite de sa première victoire avec René Lévesque, François Gendron n'a jamais perdu une autre élection. Il a été réélu au total à 10 reprises. Durant cette période, 10 premiers ministres se sont succédé.« Ce que j'entends, c’est que François n’a pas changé, c'est le même gars qu'on a élu en 1976, il parle à tout le monde, il nous représente simplement, mais c'est un type pas de langue de bois, il donne l'heure juste. J'ai toujours fait de la politique comme ça et j'ai pas l'intention de changer », souligne le député d'Abitibi-Ouest.

« Le petit gars du rang 7 »

À La Sarre, son lieu de résidence, François Gendron ne passe jamais inaperçu. « Je vais des fois à l’épicerie, des fois pour chercher une affaire, et ça me prend une heure ».Durant ces 40 années, il a occupé plusieurs postes importants au sein du gouvernement. François Gendron aura été ministre des Ressources naturelles, ministre de l'Éducation, ministre de l'Agriculture, président de l'Assemblée nationale et vice-premier ministre.

J'avais jamais pensé à ça, vice-premier ministre, le petit gars du rang 7. J'étais très heureux. C'est le numéro 2 du gouvernement!

François Gendron

L'une de ces plus grandes déceptions du député s’avère sans contredit la défaite du oui lors du deuxième référendum, en 1995. « On sait qu'on se l'est fait voler. [Ils n’ont] pas suivi les règles, alors c'est clair que c'est décevant pour un démocrate. »Plusieurs sacrificesFrançois Gendron se dit très fier de sa carrière politique, mais admet avoir dû faire certains sacrifices. Même s'il regarde ses accomplissements avec dignité, il se questionne toutefois sur la fierté qu’il peut retirer des autres aspects de sa vie personnelle. « La vie familiale? Les amis? Vivre un peu plus relaxe? La réponse c'est non ».

Après 40 ans de vie politique, François Gendron et sa femme se préparent maintenant pour la retraite, même s'ils demeurent discrets quant au moment où le député va tirer sa révérence. « Ç'a été dur au début, explique sa femme. Comment ça va être pour l'après? Ça me fait un petit peu peur, puis lui aussi, je pense! »

Plus d'articles