Retour

Fusion entre Option nationale et Québec solidaire : des indépendantistes émettent des doutes

Alors que les négociations se poursuivent entre Québec solidaire et Option nationale, des militants indépendantistes émettent des doutes sur l'idée de fusionner les deux partis politiques.

Un texte d'Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

En vertu de résolutions adoptées le printemps dernier par chacune des formations politiques, Québec solidaire et Option nationale ont entrepris des pourparlers dans l'objectif d'un rapprochement. Après une rencontre des parties à la mi-juin, la négociation a commencé la semaine dernière et se poursuivra jusqu'en septembre.

Des militants d'Option nationale se montrent toutefois sceptiques face au projet. « Je ne pense pas qu'Option nationale a beaucoup à gagner. Je pense que c'est Québec solidaire qui a beaucoup à gagner dans cette opération, déclare d'entrée de jeu le président du comité immigration du parti, Pierre-Alain Hoh. Pour Québec solidaire, ce serait un très bon coup. »

M. Hoh affirme avoir parlé à la plupart des membres de sa circonscription et ne pas avoir eu « un écho super favorable ».

« Beaucoup de gens à Option nationale, et ailleurs aussi, n'ont plus trop confiance en ce que les partis disent », renchérit l'ancien président d'Option nationale Montréal et militant de la circonscription d'Hochelaga-Maisonneuve, Renaud Ligneaut-Gagnon.

Il se montre réticent face aux avances de Québec solidaire qui, selon lui, adopte des tactiques de vieux parti. « Les messages qu'ils envoient, et qu'ils ont envoyés dans le passé, ne sont pas résolument indépendantistes. Et pour nous, c'est vraiment ça qui est important, c'est de dire : on n'est pas indépendantiste quand c'est la mode [...] mais on est indépendantiste tout le temps jusqu'à tant que ce soit fait. »

À micro fermé, de nombreux militants nous ont confié avoir des craintes semblables envers Québec solidaire, même si d'autres se montrent optimistes face à ce rapprochement.

Juger l'arbre à ses fruits

Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, n'est guère surpris des doutes soulevés par ses militants. Si plusieurs sont enthousiastes face au projet, il reconnaît que d'autres sont sceptiques.

Tout en réaffirmant que les membres de son parti auront le dernier mot, il les invite à attendre la fin des négociations avant de porter un jugement. « Il ne faut pas présumer la mauvaise foi. En politique, il faut présumer de la bonne foi de tout le monde et maintenant les juger sur leurs actions », estime M. Zanetti.

Il dit comprendre que des militants puissent douter de la détermination de Québec solidaire à réaliser l'indépendance. « C'est dans le mouvement indépendantiste depuis longtemps, cette espèce de doute par rapport à Québec solidaire. Par contre, là, ce qu'on va voir, c'est où ils en sont en 2017. Est-ce qu'ils sont prêts à faire le pas auquel tous les indépendantistes s'attendent? »

Québec solidaire optimiste

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, ne s'émeut pas des critiques essuyées par son parti. Elle estime que Québec solidaire a fait plus que la démonstration de sa détermination indépendantiste. « Je ne sais pas ce qu'on a besoin [de faire] de plus pour être rassuré de cela. »

À l'instar de Sol Zanetti, elle invite aussi les membres d'Option nationale à faire preuve de patience. « Voyons ce qui sortira des négociations et, comme ça, on va pouvoir se prononcer sur quelque chose de concret et non pas sur des impressions », a-t-elle dit en entrevue à Radio-Canada.

Entente avortée avec le PQ

Le fait que Québec solidaire ait rejeté toute alliance électorale avec le Parti québécois a eu l'effet d'une douche froide pour plusieurs militants. « Tout ça, ça m'a beaucoup déçu. C'est sûr que dans notre mouvement il y a beaucoup de gens qui disent : Québec solidaire, on n'est pas trop sûr de leur détermination. Et j'avoue que moi, je me pose la question », soutient Pierre-Alain Hoh.

Renaud Ligneaut-Gagnon renchérit : si Québec solidaire voulait vraiment faire les choses autrement, il chercherait à nouer des alliances électorales plutôt que de vouloir fusionner avec Option nationale. « S'ils disent qu'ils sont vraiment ouverts à faire une politique autrement, qu'ils sont ouverts à avoir plus de proportionnalité dans le système électoral, donc de partager le pouvoir [...] pour nous, c'est un non-sens de chercher à phagocyter un autre parti », dit-il.

Malgré tout, le chef d'Option nationale se montre confiant. « Ça faisait longtemps qu'il n'y avait pas une aussi grande ouverture chez un autre parti pour pouvoir entamer une telle discussion. Alors c'est un peu la continuité de l'oeuvre d'Option nationale, je pense, que d'entamer une démarche quand il y a une porte ouverte dans un autre parti indépendantiste », conclut Sol Zanetti.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine