Retour

G7 : quelle relation Justin Trudeau entretient-il avec ses partenaires?

Les sommets internationaux sont l'occasion de tisser des liens personnels entre les dirigeants. Cette relation peut s'avérer essentielle pour tenter de régler certains dossiers litigieux. Au moment où le G7 s'ouvre à Charlevoix, quel est l'état des relations entre Justin Trudeau et les six autres dirigeants du groupe des pays les plus industrialisés de la planète? Portrait de la situation.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy et Raphaël Bouvier-Auclair, correspondants parlementaires à Ottawa

États-Unis : Trump, le voisin imprévisible

Justin Trudeau est toujours resté prudent quand est venu le temps d’émettre des commentaires sur le président Trump ou ses politiques.

L’entourage du premier ministre a misé sur le lancement d'initiatives communes pour démontrer l’existence de terrains d’entente. Par exemple, la création d’un conseil pour l’avancement des femmes entrepreneurs.

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland parlait cette semaine des deux hommes étant comme des amis.

Or, depuis quelques jours le ton monte entre les voisins. En entrevue sur un réseau américain, Justin Trudeau a décrit comme « insultants et inacceptables » les tarifs imposés par l’administration américaine pour les exportations d’acier et d’aluminium.

Le président n’a visiblement pas apprécié la sortie du dirigeant canadien. Jeudi, à la veille du sommet du G7, il a publié quelques messages sur Twitter qui mentionnaient directement Justin Trudeau.

L’un d’entre eux affirmait que le premier ministre est « indignant », puisqu’il ne soulève jamais les barrières imposées par Ottawa aux agriculteurs américains.

France : Macron, l’allié essentiel

Justin Trudeau et le président français Emmanuel Macron partagent une vision similaire à propos d’enjeux comme le commerce, l'environnement et le multilatéralisme. Ils l’ont indiqué clairement lors de leur point de presse commun à Ottawa, jeudi.

Les deux plus jeunes dirigeants du groupe ont choisi de faire front commun avant d'arriver au G7, notamment pour dénoncer les tarifs douaniers imposés par la Maison-Blanche, mais aussi pour défendre la survie de l’accord sur le nucléaire iranien.

C’est Paris qui sera responsable de la présidence du G7 une fois le sommet de Charlevoix terminé.

Si aujourd’hui, Justin Trudeau parle du président comme d’un ami, il aura fallu un peu de temps aux deux hommes pour s’apprivoiser.

Leur camaraderie s’est exprimée récemment, notamment lors du voyage de Justin Trudeau en France, mais aussi pendant de la visite des Macron à Ottawa, jeudi.

Dans une entrevue accordée jeudi à Bloomberg, un représentant français mentionnait toutefois, sous le couvert de l’anonymat, que les comparaisons avec Justin Trudeau, comme celles qui avaient été établies au dernier sommet du G7, n’étaient plus bienvenues dans le camp Macron.

Allemagne : Merkel, la mentore

La chancelière allemande est à la tête de son pays depuis 2005. Bien que Justin Trudeau soit désormais l’un des dirigeants ayant le plus d’expérience autour de la table du G7, c’est à Angela Merkel que revient la palme.

Justin Trudeau et elle entretiennent une relation qui pourrait être qualifiée de cordiale.

En février 2016, lors de la première visite officielle du premier ministre canadien en Allemagne, la chancelière a tenu à partager un repas avec Justin Trudeau avant même leur rencontre bilatérale. La dirigeante voulait notamment que le premier ministre lui parle de Donald Trump, qu’il avait rencontré peu de temps avant de se rendre à Berlin.

Même si elle est sortie affaiblie des dernières élections allemandes, la chancelière pourrait jouer un rôle clé pour tenter de convaincre Donald Trump de faire marche arrière sur les tarifs douaniers sur l’aluminium et l’acier.

L’Allemagne craint par ailleurs que les États-Unis élargissent leurs mesures protectionnistes aux voitures allemandes.

Japon : Abe, le joueur d’échecs

Le premier ministre Shinzo Abe a beaucoup misé au cours des derniers mois sur sa relation avec Donald Trump. Avant de se rendre au sommet du G7, il s’est arrêté à Washington pour rencontrer le président des États-Unis.

Le Japon est un joueur clé en Asie, continent au cœur des préoccupations internationales du président américain, qui s’apprête à rencontrer le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un.

Shinzo Abe est reconnu pour être un habile négociateur. Justin Trudeau a goûté à sa méthode lors de son voyage au sommet de l'APEC, au Vietnam. Le Japon tenté de lui forcer la main pour qu’il signe le Partenariat transpacifique (PTP).

Le premier ministre nippon arrive toutefois à Charlevoix avec des soucis politiques internes. Un scandale de trafic d’influence secoue son gouvernement.

Royaume-Uni : May, l’alliée trop occupée

Lors du dernier séjour du premier ministre à Londres, Justin Trudeau et Theresa May ont montré qu’ils étaient sur la même longueur d’onde sur certains sujets.

Devant les caméras leurs échanges étaient cordiaux. Justin Trudeau lui avait même fait la bise, ce qui avait fait réagir certains journalistes britanniques peu habitués à ce genre de manières.

Les deux dirigeants s’entendent sur les questions commerciales : ils ont annoncé qu’une fois le Royaume-Uni sera sorti de l’Europe, l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne (AECG) continuera de s’appliquer le temps de développer une nouvelle entente entre Londres et Ottawa.

Le Brexit, dossier qui occupe énormément la première ministre britannique, pourrait d’ailleurs suivre Theresa May jusqu’au Canada. Et une partie de son énergie pourrait servir à tenter de convaincre le premier ministre japonais de l’importance d’avoir un accord de libre-échange après la sortie de l’Union européenne.

Italie : Giuseppe Conte, le nouveau populiste

Difficile d’avoir une idée de la relation entre Justin Trudeau et le tout nouveau premier ministre italien, un avocat de 53 ans novice en politique.

Son gouvernement d’alliance entre un parti populiste et un autre d’extrême droite a été assermenté vendredi dernier. Il s’agit de la première présence à une rencontre internationale du genre pour Giuseppe Conte.

Compte tenu du contexte politique dans le pays, plusieurs dirigeants italiens se sont succédé dans les sommets internationaux, comme ceux du G7 ou du G20 ces dernières années.

Le chef du gouvernement italien a officiellement parlé à Justin Trudeau, jeudi, à l'occasion d’une première conversation téléphonique.

Plus d'articles