Retour

Gatineau prévoit étendre de 150 kilomètres son réseau cyclable d'ici 2025

La Ville de Gatineau prévoit étendre son réseau cyclable de près de 150 kilomètres vers l'est et vers l'ouest d'ici 2025.

Il s'agit d'une des priorités du Plan directeur du réseau cyclable dévoilé mercredi après-midi à l'Agora de la Maison du citoyen.

À plus long terme, la Ville veut doubler le réseau en ajoutant 350 km de pistes aux 300 km existants actuellement.

Selon le conseiller, l'intérêt des Gatinois pour le vélo utilitaire ne se dément pas, et les citoyens demandent davantage de connectivité, de cohérence du réseau et de sécurité. M. Champagne assure que « 300 000 voyages sont enregistrés sur le pont du Portage, une augmentation constante de 4 % par année ».

M. Champagne estime qu'il faut que Gatineau soit parmi les villes québécoises à investir dans les pistes cyclables le plus d'argent par habitant, afin d'être véritablement une « capitale du vélo ».

Interrogé sur le projet de réaménagement du boulevard Saint-Joseph qui pour l'heure ne prévoit pas de piste cyclable sur une partie du tronçon, le conseiller a réitéré sa volonté de faire une place aux cyclistes.

« Je ne veux pas créer de retard dans le processus de réaménagement de Saint-Joseph, mais c'est une rue qu'on va construire pour plusieurs décennies donc il faut s'assurer de construire [...] une rue complète, et si ce n'est pas possible, il faut trouver des alternatives qui vont faire en sorte qu'on va trouver une place aux cyclistes », a-t-il conclu.

Par ailleurs, M. Champagne croit qu'il est temps pour la Ville de tester le déneigement de plusieurs pistes cyclables se rendant au centre-ville durant l'hiver.

Un reflet des préoccupations des cyclistes

Plusieurs cyclistes présents mercredi au dévoilement de ce plan ont semblé satisfaits. Ils ont bien hâte que des pistes soient ajoutées.

« En fait d’infrastructures utilitaires, Gatineau est des années-lumière en arrière », a estimé Bernard Hurteau, vice-président Action vélo Outaouais. « On a besoin d’infrastructures sur nos routes, on va penser à St-Joseph, à la rue Pink, au chemin d’Aylmer, au boulevard de Lucerne. Du côté de Gatineau, il y a le sentier du Rapibus… On peut parler de Fournier, le bord de l’eau, Jacques-Cartier... »

« On voit beaucoup que les réseaux proposés sont uniquement dans les rues, donc il faut penser aussi à faire des circuits pour les visiteurs, les retraités qui aiment faire des longues randonnées », a tout de même noté le cycliste Mario Fournier.

Le Plan doit être présenté et adopté en juin au conseil municipal, qui devra par la suite allouer un budget à toutes ces mesures.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards