Retour

Gaz naturel : les libéraux veulent abroger une mesure qui n’existe pas vraiment

Le Parti libéral s'engage à supprimer l'interdiction du gaz naturel dans les nouveaux immeubles de Vancouver. Sauf que la Ville assure que cette règle n'existe pas en tant que telle.

Cette mesure de la Ville de Vancouver entre, selon les libéraux, en vigueur lundi et fait partie de son plan qui vise à dépendre seulement d'énergies renouvelables d'ici 2050. Le candidat libéral Andrew Wilkinson pour la circonscription Vancouver-Quilchena affirme qu'interdire le gaz naturel fera augmenter les coûts pour les consommateurs et les entreprises.

Selon lui, la mesure est trop restrictive, notamment pour les restaurants, et promet de l'abolir si son parti est porté à nouveau au pouvoir lors du scrutin du 9 mai prochain.

« Le Parti libéral de la Colombie-Britannique veut s’assurer que le gaz naturel demeure une option pour les résidents, les restaurateurs et les entreprises de la Ville de Vancouver », a indiqué le candidat qui faisait campagne dans un restaurant samedi.

Toutefois, la Ville de Vancouver a tenu à remettre les pendules à l’heure en expliquant, par voie de communiqué, qu’il était erroné de dire que le gaz naturel allait être interdit. À compter du 1er mai, les promoteurs devront effectivement se conformer à un code énergétique plus strict afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais le gaz naturel n’est pas à proprement parler banni.

« La manière dont les promoteurs atteindront nos cibles de réduction des émissions est libre. Cela peut impliquer une meilleure isolation, des fenêtres plus épaisses ou encore opter pour des énergies renouvelables », peut-on lire. Une sorte de gaz naturel écologique dérivé de matériaux organiques et d’eaux usées est également accepté.

Selon la municipalité, les bâtiments demeurent la plus grande source d’émissions à Vancouver, comptant pour 56 % du total des émissions en 2014. De toutes les énergies utilisées par les bâtiments, le gaz naturel représente 26 %.

La Ville estime que d’ici 2050, les bâtiments construits après 2020 aux nouvelles normes environnementales représenteront 40 % de tous les bâtiments.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine