Retour

Gazouillis grossiers : un libéral manitobain dans de beaux draps

Le candidat libéral manitobain Jamie Hall s'excuse d'avoir publié des commentaires grossiers sur les médias sociaux, mais affirme du même coup qu'il ne retirera pas les propos controversés.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a réclamé mercredi à ce que le Parti libéral renonce son candidat dans Southdale en raison de propos « offensants, misogynes et problématiques » envers les femmes qu'il a diffusés sur Twitter.

Dans des dizaines de messages publiés sur le compte Twitter de Jamie Hall, les femmes sont traitées de noms désobligeants.

« Si une pute hurle au lit, mais personne n'est là pour l'entendre, est-ce encore une pute? », demande-t-il dans un gazouillis publié en août 2012.

Un autre tweet, publié en mai 2011, affirme que « Tu ne peux pas les tuer avec de la gentillesse si elles sont nées chiennes. »

Ceux qui critiquent les propos de Jamie Hall dénoncent aussi des propos d'un livre qu'il a publié en 2011, 7 deadly women (« 7 femmes meurtrières »).

Dans une vidéo promotionnelle publiée dans Youtube, le personnage principal du livre dit qu'il y a sept types de femmes, dont la « pute », la « bonne fille », la « vierge » et la « crisse de folle » (crazy bitch).

Accompagné de sa petite amie, le candidat a déclaré lors d'un point de presse qu'il n'est pas sexiste et qu'il s'agissait de commentaires humoristiques.

Jamie Hall, qui n'a été désigné candidat libéral officiel que mardi soir, affirme qu'il n'a pas l'intention d'effacer les messages controversés. « Il serait hypocrite de passer dans mes réseaux sociaux avant de me présenter aux élections et de supprimer des morceaux de moi-même. Je suis qui je suis et j'ai appuyé des femmes. »

Sharon Blady, porte-parole du caucus NPD, n'a pas accepté les excuses de M. Hall et soutient que ses commentaires ne sont pas dignes de « gens qui veulent être députés à l'Assemblée législative ».

Plus d'articles

Commentaires