Retour

Gel des évaluations foncières au N.-B. : des municipalités réclament une compensation

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) réclame de la part du gouvernement provincial un programme de compensation financière pour le manque à gagner qu'elles prévoient en raison du gel des évaluations foncières.

Le gouvernement de Brian Gallant a annoncé, la semaine dernière, que les évaluations foncières seront gelées en 2018. Il a expliqué en être arrivé à cette décision parce que la révision des évaluations foncières en cours, à la suite des innombrables erreurs rapportées plus tôt cette année, sera terminée trop tard pour que les changements puissent être appliqués l'an prochain.

Les membres de l’AFMNB rassemblés à Miramichi vendredi ont dénoncé à nouveau cette décision en exigeant réparation.

« Service NB est une société du gouvernement provincial et ce dernier est le seul et l’unique responsable de la présente crise. Nous n’accepterons pas que les problèmes de ce fiasco soient pelletés dans notre cours et encore moins d’en payer la note financièrement et politiquement. Cette décision est immorale et totalement inacceptable et nous n’abandonnerons pas tant que le gouvernement n’aura pas mis en place des mesures compensatoires », affirme le président de l’AFMNB et maire de Petit-Rocher, Luc Desjardins.

L’AFMNB ajoute qu’elle espère former un front commun avec l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick et l’Association des cités du Nouveau-Brunswick pour réclamer une réunion d’urgence avec le ministre des Gouvernements locaux afin de trouver une solution à cette situation qu’elle qualifie de crise.

Les municipalités francophones exigent aussi de participer à la création de l’organisme indépendant qui sera chargé des évaluations foncières dans la province. Le gouvernement a annoncé cette mesure en avril.

«  Le seul choix responsable  » selon le gouvernement

Le gouvernement Gallant a répliqué par voie de communiqué avant même de connaître l'issue de la réunion d'urgence de l'AFMNB. Selon le ministre de l'Environnement et des Gouvernerments locaux, un gel était « le seul choix responsable » en attendant que le système d'évaluation foncière soit réparé.

Le gouvernement avait l'option, écrit-il, de maintenir en place un système imparfait pour éviter de nuire aux rentrées d'argent des municipalités ou imposer un gel, le temps d'apporter au système les correctifs qui s'imposent.

Il rappelle que les exceptions au gel - comme celle pour les nouvelles constructions et celle pour les biens immobiliers qui changent de mains - feront tout de même augmenter les revenus des municipalités, de même que les dépenses en capital de la province sur des hôpitaux, des écoles, des collèges et des universités.

Le ministre note également que les recettes des municipalités ont augmenté de 43 % depuis la crise économique alors que celles de la provinces n'ont augmenté que de près de 28 %. Pour toutes ces raisons, le gel est équitable, selon lui, d'autant plus qu'il ne sera en vigueur que pour un an.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine