Retour

Gosselin réitère son appui au troisième lien

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, se défend d'avoir renoncé à la construction d'un troisième lien routier au-dessus du fleuve Saint-Laurent. Il reconnaît toutefois ne pas vouloir en faire son principal cheval de bataille lors des séances du conseil municipal.

Un texte de Louis Gagné

« Ça fait six mois déjà que je me bats pour [le troisième lien] sur la place publique puis je vais continuer de le faire, c’est certain, [mais pour l’instant] on doit se concentrer sur le budget 2018. On veut s’assurer qu’il n’y aura pas de hausse de taxes », a déclaré M. Gosselin, mardi, en entrevue à Radio-Canada.

Le nouveau chef de l’opposition à l’hôtel de ville a dû réitérer sa profession de foi envers le troisième lien après avoir confié au Journal de Québec qu’il n’avait pas l’intention d’amener le dossier au conseil municipal.

« Nous, de notre côté, ce n’est pas un dossier, un enjeu, que nous allons amener au municipal », a indiqué M. Gosselin à la journaliste Stéphanie Martin.

Le Journal de Québec a publié sur son site Internet un extrait audio de l’entrevue qui démontre que Jean-François Gosselin a bel et bien tenu ces propos.

Désaveu?

La sortie du chef de Québec 21 a été interprétée par certains observateurs de la scène politique comme un désaveu envers le troisième lien. Jean-François Gosselin assure que ce n’est pas le cas.

Le chef de l’opposition a toutefois reconnu ne pas vouloir transporter la bataille pour le troisième lien sur le plancher de la salle du conseil municipal. Il entend rencontrer les élus de l’Assemblée nationale et les candidats afin de s’assurer que le projet soit un enjeu lors des prochaines élections provinciales.

« Je vais faire mes représentations puis ça ne se fera pas à l’hôtel de ville de Québec parce que M. Labeaume, on sait qu’il est contre. »

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine