Retour

« Gouverner, c'est faire des choix », dit Thomas Mulcair

En entrevue avec Patrice Roy, le chef du Nouveau Parti démocratique affirme que le contexte économique ne l'empêchera pas de réaliser ses promesses électorales.

Thomas Mulcair soutient que cela se fera notamment en éliminant certaines mesures adoptées par les conservateurs de Stephen Harper, comme le fractionnement du revenu, pour utiliser cet argent ailleurs. Le chef du NPD laisse aussi entendre que certains contrats de la Défense nationale accordés sans appel d'offres pourraient être revus.

« Gouverner, c'est faire des choix. J'ai déjà siégé à un Conseil des ministres, je sais c'est quoi, faire ces choix difficiles jour après jour », explique M. Mulcair en rappelant son passé de ministre au Québec.

Interrogé sur l'image souriante qu'il projette depuis le début de la campagne, Thomas Mulcair l'attribue d'abord à la présence de son épouse à ses côtés, mais reconnaît tout de même qu'elle est différente de l'image qu'on peut voir lors des périodes de questions à la Chambre des communes. « C'est vrai que c'est parfois plus rude et coriace, mais pendant cette campagne, on a des idées positives, claires, de ce qu'on ferait différemment », dit-il.

Dans l'entrevue, M. Mulcair répond aussi à des questions sur le financement de sa promesse de créer 1 million de places en garderie à 15 $ par jour, ainsi que sur la mission canadienne en Irak et en Syrie.

Plus d'articles

Commentaires