Retour

Harper boudé par le premier ministre de T.-N.-L.

Le chef conservateur Stephen Harper peine décidément à trouver des alliés parmi les premiers ministres provinciaux, y compris ceux qui sont issus de la même famille politique que lui.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, le conservateur Paul Davis, est devenu mercredi le troisième membre de ce club à afficher publiquement ses divergences de vues avec le premier ministre sortant.

Lors d'un passage aux régates de Saint-Jean de Terre-Neuve, M. Davis s'est fait demander par un journaliste s'il était prêt à appuyer M. Harper en montant sur la même scène que lui, comme l'avait fait sa prédécesseure, Kathy Dunderdale.

« M. Harper va avoir à travailler fort avant que je ne monte sur une tribune et que je l'appuie », a-t-il répondu, laconique.

MM. Davis et Harper entretiennent un différend lié à une compensation que Terre-Neuve-et-Labrador doit recevoir en raison de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (UE).

La province a une loi qui impose une transformation minimale locale des produits de la mer, mais l'entente Canada-UE, qui n'est pas encore entrée en vigueur, va obliger la province à éliminer ces exigences.

Les deux ordres de gouvernement ont convenu de mettre sur pied un fonds qui doit servir à financer des programmes de recherche et de développement et à la mise en marché des produits de la mer. Le premier ministre terre-neuvien accuse cependant le gouvernement Harper d'avoir manqué à sa parole à ce sujet.

Selon Paul Davis, le gouvernement Harper devait verser 280 millions des 400 millions prévus pour ce fonds, Terre-Neuve-et-Labrador avançant le reste. Le versement du gouvernement fédéral, dit-il, était une condition pour qu'il appuie l'accord de libre-échange.

Le bureau du premier ministre a plutôt soutenu que le gouvernement fédéral était prêt à dédommager la province pour les pertes subies, mais sans avancer un montant, question de ne pas donner un chèque en blanc.

Depuis le début de la campagne, Stephen Harper a eu des accrochages publics avec les premières ministres de l'Ontario et de l'Alberta, Kathleen Wynne et Rachel Notley.

Plus d'articles

Commentaires