Retour

Harper ne sera plus chef, mais restera député

Même s'il abandonne son poste de chef du Parti conservateur au lendemain de sa défaite électorale, Stephen Harper « va continuer à siéger comme député » de Calgary Heritage à la Chambre des communes, selon le président du parti, John Walsh.

« Le premier ministre a indiqué qu'il va continuer à siéger comme député, et demande qu'un processus pour choisir un chef intérimaire et entreprendre le processus de sélection du chef du parti commence immédiatement », indique-t-il dans un communiqué envoyé aux médias ce matin.

Comme il l'avait déjà indiqué dans un précédent communiqué publié lundi soir, M. Walsh affirme qu'il va demander au nouveau caucus conservateurs d'élire un chef intérimaire « dès que possible ».

Il précise également qu'il va convoquer une réunion de l'exécutif national afin de créer un comité chargé d'établir les règles de la prochaine course à la direction, un mécanisme de résolution des conflits et déterminer les aspects logistiques liés à la sélection du prochain chef.

M. Walsh demande en outre au directeur exécutif du Parti conservateur du Canada, Dustin van Vugt, d'entreprendre un processus transparent d'examen de la campagne de 2015.

Dans un discours prononcé hier soir, Stephen Harper n'a pas fait allusion à son départ de la direction du Parti conservateur.

« Pendant les dernières 9 années et demie, j'ai eu l'honneur incroyable de servir comme votre premier ministre [...] Nous avons tout mis en jeu, nous avons donné tout ce que nous avions à donner et nous ne regrettons rien », s'est-il contenté de dire.

« La déception que vous ressentez est ma responsabilité à moi seul », a-t-il admis. 

Stephen Harper a par la suite dit accepter le verdict des électeurs.

Il a affirmé que les conservateurs formeraient une opposition forte à Ottawa, soulignant au passage le contingent de députés que le parti conserve au Québec. Du reste, les conservateurs ont conservé leur mainmise sur les provinces à l'ouest de l'Ontario, préservant tout de même des bastions du Sud ontarien.

Plus tôt dans la soirée, le député conservateur Jason Kenney, que plusieurs voient comme un successeur potentiel, a sévèrement critiqué la stratégie conservatrice au cours de cette campagne.

Plus d'articles

Commentaires