Retour

Harper prêt à appuyer la stratégie maritime du gouvernement Couillard

Le chef conservateur Stephen Harper s'engage à investir 52 millions de dollars dans la construction d'une nouvelle gare maritime à la jetée Alexandra du Port de Montréal et l'expansion du terminal de croisières Ross Gaudreault à Québec si son parti est reporté au pouvoir, le 19 octobre prochain.

De passage à Québec, le premier ministre sortant a annoncé que ces deux mesures s'inscriraient dans une initiative baptisée « Prospérité maritime Québec », visant à appuyer la stratégie maritime du gouvernement du Québec et à créer des emplois.

Selon M. Harper, ces investissements dans les installations portuaires contribueront à attirer des croisiéristes dans la province. Ces derniers évoluent dans un marché très concurrentiel, dit-il, et la présence d'attraits naturels ne suffit plus à les attirer.

Dans un message publié sur Twitter, le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé qu'il s'agissait d'une « excellente nouvelle pour Montréal ».

Le chef conservateur a aussi fait savoir qu'un nouveau gouvernement conservateur continuerait de transférer des installations portuaires aux localités qui souhaitent les prendre en charge.

Stephen Harper a aussi profité de l'occasion pour rappeler que son gouvernement finance en partie des projets d'expansion aux ports de Montréal, de Québec et de Trois-Rivières.

Avec sa stratégie maritime, dont les grandes lignes ont été dévoilées en juin, le gouvernement Couillard entend créer 30 000 nouveaux emplois directs et entraîner des investissements publics et privés de 9 milliards de dollars d'ici 2030.

Harper défend son appel au gouverneur de la Banque du Canada

Le chef conservateur s'est par ailleurs défendu d'avoir fait preuve d'électoralisme en publiant lundi un communiqué annonçant qu'il avait discuté de la situation économique mondiale avec le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz.

« Le premier ministre Harper et le gouverneur Poloz ont parlé de la récente baisse des marchés boursiers et du prix des produits de base à l'échelle mondiale, du ralentissement de la croissance en Chine et dans les marchés émergents, ainsi que des impacts potentiels sur l'économie du Canada », pouvait-on y lire. 

« J'ai téléphoné [...] à la Banque du Canada parce qu'il y a des développements importants dans les marchés », a dit M. Harper pour se justifier.

« Comme premier ministre, c'est mon job de parler régulièrement pas seulement avec le gouverneur, mais [aussi] avec d'autres analystes dans le gouvernement et hors du gouvernement pour être connaissant (sic) de la situation ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine