Retour

Harper promet de bonifier l'aide accordée pour l'épargne-études

S'ils sont réélus, les conservateurs accroîtront la subvention que le gouvernement accorde aux familles à faibles ou moyens revenus qui mettent de l'argent de côté pour l'éducation postsecondaire de leurs enfants.

Le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, qui faisait campagne mardi à Mississauga, dans la région de Toronto, a promis de doubler les sommes que verse Ottawa à certains parents qui cotisent à un Régime enregistré d'épargne-études (REEE), au moyen du programme de Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE).

Sa formation porterait ainsi la contribution du fédéral de 10 à 20 cents pour chaque dollar épargné par les parents ayant un revenu allant jusqu'à 88 000 $ par année, pour la première tranche de 500 $. Dans le cas des familles à faibles revenus, soit moins de 44 000 $, cette contribution passerait de 20 à 40 cents par dollar, également pour la première tranche de 500 $.

Concrètement, la subvention annuelle pour ces familles atteindrait donc de 100 $ à 200 $.

Les familles mieux nanties qui peuvent investir 2500 $ dans un REEE reçoivent déjà 500 $ du fédéral, un montant que les conservateurs ont augmenté en 2007.

Dans la dernière année, plus de 2,5 millions d'étudiants ont pu recevoir une aide fédérale sous forme de SCEE, s'est réjoui le chef conservateur, affirmant que plus de 45 milliards de dollars se trouvaient dans des REEE.

Vantant les mesures mises en place par son gouvernement, il a affirmé que des programmes comme le Programme canadien de prêts aux étudiants et les Bourses d'études du gouvernement du Canada avaient fait du Canada le « leader mondial en matière d'études postsecondaires ».

Plus d'articles

Commentaires