Un hiver clément a permis à la ville de Charlottetown d'adopter, mercredi, un budget équilibré qui ne prévoit aucune hausse des impôts fonciers ou des tarifs d'eau et d'égout.

Un texte de François Pierre Dufault

Pendant deux ans, la capitale de l'Île-du-Prince-Édouard s'est serré la ceinture afin d'éliminer le déficit de 3 millions de dollars qu'a laissé l'hiver 2015 et ses précipitations exceptionnelles de 5,5 mètres de neige.

« Remarquablement, nous sommes passés d'un déficit de 3 millions de dollars à la fin de 2015 à un surplus anticipé de 2,5 millions de dollars cette année, en grande partie grâce aux économies réalisées dans nos opérations et nos dépenses », affirme le maire Clifford Lee.

Mais à l'aube d'une année électorale, le conseil municipal de Charlottetown ne s'est pas, pour autant, lancé dans les dépenses. La ville continue d'investir dans le renouvellement de son infrastructure. Mais il n'est pas question, pour l'instant, de s'attaquer à de grands chantiers comme le remplacement du centre Eastlink.

Des décisions importantes comme celles-là reviendront au prochain conseil qui sera élu en novembre, affirme le maire, qui n'a pas encore annoncé s'il compte se représenter.

Des gels d'impôts

Les huit élus présents lors d'une rencontre extraordinaire à l'hôtel de ville, mercredi midi, ont adopté à l'unanimité un budget équilibré de près de 67 millions de dollars. Le budget s'échelonne sur une période de 15 mois exceptionnellement, pour permettre à la ville d'aligner son calendrier budgétaire à celui du gouvernement provincial.

Les impôts fonciers et les tarifs d'eau et d'égout sont gelés pour une autre année.

Le taux d'imposition pour une propriété résidentielle dans la capitale de l'Île-du-Prince-Édouard demeure donc inchangé à 0,67 $ par tranche de 100 $ d'évaluation foncière. L'impôt municipal pour une maison d'une valeur moyenne de 182 600 $ est d'environ 1200 $.

La conseillère municipale et présidente du comité des finances, Melissa Hilton, se réjouit de l'adoption d'un budget qui, dit-elle, assure le maintien des services publics sans piger davantage dans le portefeuille des contribuables.

L'élue fait valoir que la ville va tout de même investir 3 millions de dollars dans l'amélioration des égouts pluviaux et 3 millions de dollars dans le resurfaçage du réseau routier, notamment.

La ville serait également sur le point d'adopter une stratégie en matière de logement abordable, selon Clifford Lee. Même s'il s'agit d'un domaine de compétence provinciale, la municipalité peut faire sa part pour régler une importante pénurie, dit le maire, en accordant des congés d'impôts fonciers aux promoteurs qui veulent construire de nouvelles unités.

Le taux d'inoccupation des logements est inférieur à 1 %.

Le maire de Charlottetown se dit généralement satisfait d'une nouvelle formule « plus généreuse » de partage des revenus avec les municipalités mise de l'avant par la province, l'an dernier.

Toutefois, l'édile se dit toujours préoccupé par une réforme possible des services policiers.

En 2016, un groupe d'experts a recommandé au gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard de changer complètement le modèle de livraison des services policiers, voire tous les regrouper dans un seul service. Le premier ministre Wade MacLauchlan a choisi de mettre de côté cette recommandation pour l'instant, préférant y aller « par étapes ».

Plus d'articles