Retour

« Il importe peu contre qui nous luttons », affirme Kathleen Wynne

Dans un discours devant les troupes libérales réunies en assemblée générale annuelle, la première ministre Kathleen Wynne a présenté son parti comme celui qui se bat pour les Ontariens et non pas contre les autres partis.

Elle réagissait ainsi aux nombreuses questions posées dans les derniers jours sur l’impact des bouleversements au sein du Parti progressiste-conservateur sur sa stratégie électorale. La campagne doit être lancée dans moins de 100 jours.

La première ministre disait il y a quelques jours dans un événement à Vaughan jeudi que peu importe qui remportera la course à la direction du parti progressiste-conservateur, il continuera d’avoir des différences notables entre les partis.

La chef libérale a tout de même lancé des flèches envers ses adversaires conservateurs. En parlant des critiques du plan libéral, elle a dit que « certains [nous critiquent] de derrière un podium dans le sous-sol chez leur mère », en référence à Doug Ford qui a annoncé qu’il se lançait dans la course à la chefferie conservatrice dans le sous-sol de la maison de sa mère.

Elle a aussi, indirectement et sans le nommer, commenté le départ de Patrick Brown, l’ancien chef du Parti progressiste-conservateur qui a démissionné à la suite d’allégations d’inconduite sexuelle.

« Je suis inspirée par le courage et la détermination des femmes qui ont brisé le silence et partagé leurs expériences. (...) Mais ça me brise le coeur qu’en 2018, nous sommes encore comme société confrontés à ces comportements ignobles et inacceptables qui dominent les manchettes présentement », a déclaré la première ministre.

Dans son discours, la chef libérale soulignait les défis auxquels font face les Ontariens, dont ceux qui doivent avoir recours aux banques alimentaires et aux soupes populaires même s’ils ont un emploi à plein temps.

C’est pour cette raison, dit-elle, que les libéraux ont mis en place des mesures comme le salaire minimum à 15$ l’heure – qui entrera en vigueur dès l’an prochain – des frais de scolarité à zéro dollars pour plus de 200 000 étudiants et l’assurance-médicaments pour les enfants et le jeunes de moins de 25 ans.

Mais Michael Balagus, directeur de la campagne du NPD ontarien, affirme que ce que les gens doivent retenir de ce discours, c’est que le problème des travailleurs qui ont recours aux banques alimentaire est dû, selon lui, aux 15 années du gouvernement libéral.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine