Retour

Important remaniement ministériel à l’Île-du-Prince-Édouard

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard a choisi d'entamer l'avant-dernière année de son mandat avec un important remaniement ministériel. Wade MacLauchlan a permuté trois ministres et remplacé deux autres qui ont décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections.

Un texte de François Pierre Dufault

Le nouveau conseil des ministres a été assermenté par la lieutenante-gouverneure Antoinette Perry à sa résidence officielle de Fanningbank, mercredi.

Il s'agit du plus important remaniement ministériel depuis les dernières élections.

Heath MacDonald devient ministre des Finances, en remplacement d'Allen Roach qui a décidé de renoncer au portefeuille qu'il détenait depuis 2015 parce qu'il n'a pas l'intention de briguer à nouveau les suffrages dans sa circonscription de Montague.

Chris Palmer, élu à Summerside lors d'une élection complémentaire à l'automne 2016, fait son entrée au cabinet en tant que ministre du Développement économique et du Tourisme. Il remplace Heath MacDonald.

Réaction en chaîne

La renonciation d'Alan McIsaac, un autre ministre d'expérience, entraîne une réaction en chaîne. Le ministère de l'Agriculture et des Pêches revient à Robert Henderson, qui cède en retour le ministère de la Santé et du Mieux-être à son collègue Robert Mitchell.

Exclu du conseil des ministres il y a un an, Richard Brown revient par la grande porte en tant que ministre des Communautés, des Terres et de l'Environnement, un poste qu'il a déjà occupé avant Robert Mitchell. C'est lui qui doit désormais gérer l'épineux dossier des fusions municipales.

De plus, le premier ministre Wade MacLauchlan se départit de ses responsabilités de ministre de la Justice et de la Sécurité publique pour les confier à Jordan Brown. L'avocat de formation conserve aussi le ministère de l'Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, dont il a hérité à l'automne 2017 après la démission de Doug Currie.

Le premier ministre dit que ce transfert de responsabilités lui permet « passer plus de temps dans les différentes régions » de l'Île-du-Prince-Édouard.

La ministre des Transports, Paula Biggar, le ministre de l'Enseignement supérieur, Sonny Gallant, le ministre du Développement régional et rural, Pat Murphy, et la ministre des Services à la famille, Tina Mundy, conservent leurs fonctions respectives.

Wade MacLauchlan dit qu'il mise sur ce nouveau conseil de ministres pour mener le gouvernement libéral jusqu'aux prochaines élections.

Les deux ministres démissionnaires disent qu'ils ont pris la décision de renoncer à leur portefeuille pour des raisons personnelles. Allen Roach dit que sa décision lui permet d'ici la fin de son mandat de « se concentrer » sur les besoins de sa circonscription, tandis qu'Alan McIsaac dit que son retour dans l'arrière-ban lui permet de passer plus de temps avec sa famille.

Toutefois, la démission simultanée d'Allen Roach et d'Alan McIsaac fait en sorte que le gouvernement libéral n'a plus aucun ministre à l'est de la rivière Hillsborough. Les deux élus promettent néanmoins de continuer à parler « d'une voix forte » pour l'est de la province.

Robert Henderson se dit pour sa part heureux de sa mutation du ministère de la Santé et du Mieux-être à celui de l'Agriculture et des Pêches, un secteur que l'agriculteur de O'Leary dit bien connaître. Son successeur Robert Mitchell promet de « faire face » aux nombreux défis en santé. Il refuse toutefois de parler d'une « crise » en santé mentale, contrairement à ce qu'affirme depuis un an l'opposition à l'Assemblée législative.

À son tour, le nouveau ministre Chris Palmer promet de « continuer à s'appuyer sur les succès » de l'Île-du-Prince-Édouard en matière de création d'emplois et d'achalandage touristique. La province doit « mettre en place un environnement propice » au développement économique, selon lui.

« Approche différente »

L'opposition officielle à Charlottetown souligne qu'il s'agit du septième remaniement ministériel depuis les dernières élections.

Le chef progressiste-conservateur James Aylward dit néanmoins espérer « qu'il en résulte une approche différente [...] dans la manière dont le gouvernement s'occupe des problèmes pressants de la province. » Il souhaite que Robert Mitchell « insiste davantage sur le caractère urgent » de la situation en santé mentale et que Richard Brown rende le débat sur les fusions municipales « plus démocratique ».

L’Assemblée législative compte en ce moment 17 libéraux, huit progressistes-conservateurs et deux verts. Les prochaines élections provinciales sont prévues pour 2019.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


On sauve une chienne et son petit de la mort!





Rabais de la semaine