Retour

Inégalités et pauvreté au menu du Forum des idées pour le Québec

Le Forum des idées pour le Québec, organisé par le Parti libéral, se poursuit jusqu'à dimanche à Saint-Lambert. Au coeur des discussions de cette 4e édition : les inégalités sociales et la pauvreté, des phénomènes qui sont loin de s'estomper.

Un texte de Michel Marsolais

Le Forum des idées pour le Québec est une initiative de Philippe Couillard. Malgré les critiques sur la rigueur - ou l'austérité - des politiques budgétaires gouvernementales, ce forum a mis l'accent cette année sur la pauvreté, les inégalités et l'exclusion.

Le principe est simple : les spécialistes parlent, les politiciens écoutent. « C'est un privilège de parler à des ministres qui n'ont pas de droit de réponse », affirme le pédiatre social, Gilles Julien.

Le forum ratisse large, car les inégalités ne manquent pas. Ainsi, l'itinérance est toujours en augmentation dans les grandes villes.

« Il y a une partie de la population qui arrive à un niveau de très grande détresse. On a évalué qu'en une nuit en mars 2015, il y avait 3000 personnes itinérantes dans la rue au centre-ville. Donc, il faut s'en occuper », explique le protecteur des personnes en situation d'itinérance à la Ville de Montréal, Serge Lareault.

Le manque d'éducation économique fait aussi des ravages. Près de 39 % des Québécois n'ont aucune épargne et éprouvent deux fois plus de problèmes financiers qu'en Ontario ou en Colombie-Britannique. La surconsommation est un problème récurrent dans les dossiers d'insolvabilité, notamment chez les jeunes.

Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction chez Raymond Chabot Grant Thornton, précise qu'une majorité de Québécois ne pourraient pas tenir plus de trois mois s'ils perdaient leur emploi.

« Au Québec, on a une augmentation des dossiers de faillite, de 22 %. Et en Ontario on voit une diminution durant la même période de 21 %. Faire un budget, mettre de l'argent de côté, s'assurer que le niveau d'endettement ne dépasse pas 30 % des revenus, ce sont des messages qui ne passent pas », soutient-il.

Manque d'accès à la justice

Et si nous sommes tous égaux devant la loi, il n'en va pas de même pour l'accès à la justice. Ainsi, 55 % des Québécois se présentent maintenant seuls devant les tribunaux parce qu'ils n'ont pas les moyens de payer un avocat.

« Plus de 70 % des besoins juridiques ne sont pas satisfaits. Tout le monde craint un décrochage judiciaire, que les citoyens tournent le dos à la justice », croit le cofondateur et directeur général de la clinique juridique Juripop, Julien David-Pelletier.

Les libéraux à l'écoute

Même si les libéraux ont été blâmés durant de nombreuses manifestations pour leurs politiques budgétaires qui ont souvent touché les plus démunis, ils estiment prendre l'exercice au sérieux.

« Notre travail, c'est d'atténuer ces inégalités pour que, dans l'avenir, tous aient une chance de réussir », assure le ministre de la Famille et de l'Éducation, Sébastien Proulx, ajoutant que ses collègues sont tous préoccupés par la situation des personnes vulnérables et par les inégalités.

Ce dernier travaille sur un nouveau plan de réussite scolaire, puisque l'éducation est une des clés pour se sortir de la pauvreté et de l'exclusion.

Plus d'articles

Commentaires