Retour

Investir dans les créateurs autochtones, l'un des volets de la nouvelle politique culturelle canadienne

Ottawa souhaite favoriser dans sa nouvelle politique culturelle « Canada créatif » une diversité des voix et faire notamment entendre celle des créateurs autochtones.

Dès le début de la présentation de la vision du gouvernement pour un "Canada créatif", Mélanie Joly a rappelé sa « volonté de répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation » et son engagement à soutenir, notamment, « une relation renouvelée avec les Peuples autochtones ».

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a dévoilé les orientations de la nouvelle politique culturelle canadienne fondée sur trois volets : l'investissement dans les créateurs et les entrepreneurs culturels canadiens, la promotion de la distribution et de la découverte du contenu canadien et le renforcement de la diffusion publique et le soutien des nouvelles locales. En ce qui concerne le milieu autochtone, le gouvernement mise surtout sur les créateurs.

Pour cela, le gouvernement va demander au Fonds des médias du Canada, dont il va accroître la contribution financière, de consacrer plus de ressources aux productions autochtones, « pour que les créateurs autochtones aient les moyens de raconter leurs récits et de les faire connaître aux Canadiens et au reste du monde », peut-on lire dans le document.

Le Fonds des médias du Canada est un fonds qui représente plus de 28 000 emplois dans le secteur et qui favorise la création de séries telles que Mohawk Girls. Aucun montant n'a pour l'instant été précisé.

De plus, le programme du Fonds du livre du Canada devrait être modifié, ce qui permettra de bonifier les mesures visant à tenir compte des réalités propres aux éditeurs et organismes autochtones.

Un conseil des industries créatives, dirigé par la ministre du Patrimoine canadien et le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, sera créé afin d'aider le gouvernement à notamment percer de nouveaux marchés. Des représentants de communautés autochtones devraient faire partie de ce conseil.

D'ici 2021, le Conseil des arts du Canada investira trois fois plus dans les arts autochtones, en partie grâce à un nouveau programme consacré à l'expression culturelle des Premières Nations, des Métis et des Inuits. L'an dernier, le gouvernement canadien avait annoncé un réinvestissement de 550 millions de dollars sur cinq ans dans le Conseil des arts du Canada.

Le cadre stratégique du Canada Créatif rappelle aussi que le gouvernement va continuer à travailler avec divers organismes, notamment l'Office national du film , Téléfilm Canada, Bibliothèque et Archives Canada, en vue d'accroître le soutien à l'expression culturelle et aux entrepreneurs autochtones.

Mélanie Joly s'est dite inquiète par le contenu offert par Facebook, Netflix, Spotify et Youtube, un contenu « majoritairement produit en anglais, à l'extérieur du Canada », qui « pourrait noyer notre propre contenu – nos émissions de télévision et nos films en français, notre musique autochtone, notre programmation mutliculturelle ». Elle a promis de défendre farouchement la diversité culturelle et les industries créatives du pays.

Est-ce que Netlfix pourrait faire du contenu autochtone? Le service de télévision en flux continu s’est engagé à investir au moins 500 millions de dollars au cours des cinq prochaines années dans la production de contenus originaux au Canada, dans les deux langues officielles, et ce, en échange d’une exemption de taxation sur ses services. Netflix va ainsi créer au Canada sa première société de production à l’extérieur des États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine