Retour

Investiture libérale dans Bonaventure : Guy Gallant cède la place à François Whittom

Le maire de Saint-Alexis-de-Matapédia, préfet de la MRC d'Avignon et président de la Table des préfets de la Gaspésie et des Îles, Guy Gallant, se retire de la course à l'investiture du Parti libéral du Québec dans Bonaventure.

Un texte de Joane BérubéGuy Gallant, qui avait fait part de son intention de se lancer en politique provinciale en 2016, avait réitéré son intérêt l'automne dernier lors de sa réélection comme préfet et président de la Table des préfets.

Jeudi, il a fait parvenir une lettre à l’exécutif du Parti libéral du Québec (PLQ) dans Bonaventure pour expliquer les motifs de sa décision.

Il laisse ainsi la place à François Whittom qui a annoncé son intention cette semaine d’être candidat à l’investiture libérale dans l’ancienne circonscription de Gérard D. Lévesque et de Nathalie Normandeau.

Dans un communiqué publié plus tôt cette semaine pour annoncer sa candidature, M. Witthom fait notamment valoir qu’il a obtenu l’appui de l’exécutif du parti dans Bonaventure. M. Whittom avait déjà tenté sa chance en 2013 à l’investiture libérale dans la circonscription, remportée alors par l’ex-député Damien Arsenault.

L’homme originaire de Chandler est spécialiste en physiologie du sport et travaille auprès d’équipes et de joueurs de la Ligue nationale de hockey.

Points de vue divergents

Quant à Guy Gallant, il indique avoir suivi, jusqu’à tout récemment, le processus pour mener au dépôt de sa candidature. « Lors de l’entrevue, poursuit M. Gallant, je n’ai pas senti que je faisais l’unanimité au sein de l’exécutif. À la suite de discussions avec quelques membres de l’exécutif et de Monsieur François Whittom, j’ai pris la décision en famille de ne pas déposer de candidature pour le Parti libéral. »

« J’ai une conception de la politique différente de celle que peuvent avoir le Parti libéral ou d’autres partis présentement », affirme Guy Gallant.

Le préfet se définit comme une personne d’équipe et transparente, habituée à travailler en concertation, notamment dans le milieu municipal. « Je m’aperçois, dit-il, que dans la vie politique provinciale, les enjeux sont différents, les préoccupations sont différentes, la façon de percevoir les gens est différente, ça m’a un peu décroché de la politique provinciale. »

M. Gallant, qui est un habitué de la politique municipal, compare les deux paliers de gouvernement et regrette entre autres que les députés, au provincial, aient de moins en moins de temps pour être présents dans leur circonscription.

Par ailleurs, le PLQ confirme la candidature de François Whittom à l'investiture, dont la date n'est pas encore fixée.

Plus d'articles