Retour

Jason Kenney contre Rachel Notley : le face-à-face commence à l'Assemblée

À un an des élections provinciales en Alberta, le chef conservateur Jason Kenney fera ses débuts à l'Assemblée législative, jeudi, dans l'espoir de confirmer son statut de favori des sondages face à la première ministre, Rachel Notley.

Un texte de Laurent Pirot

Dès lundi, la première ministre Rachel Notley proposera une motion de soutien au projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain. Les néo-démocrates veulent forcer les députés de l’opposition à se ranger derrière eux pour « envoyer un message clair » d’unité sur la question au reste du Canada.

Sur cette question, la position des conservateurs est très proche de celle du gouvernement. Il y a moins d’un mois, leur chef, Jason Kenney, appelait publiquement à un débat d’urgence pour adopter « une motion qui porterait un message unanime d’unité au-delà des divisions partisanes » en soutien à l’industrie énergétique albertaine.

« Nous soutiendrons certainement le principe de la défense de la province contre le gouvernement fédéral et contre la Colombie-Britannique », a ajouté le leader parlementaire de l’opposition officielle, Jason Nixon, tout juste après avoir lu la motion, mercredi.

Il a cependant demandé au gouvernement de pouvoir collaborer à la rédaction de la motion avant sa présentation aux députés.

L'économie d'abord

Pour le reste de la session, les néo-démocrates promettent de s’occuper beaucoup de l’économie.

« Nous nous concentrons sur la façon de nous assurer que la création d’emploi se poursuit, sur les progrès sur le front de la diversification de notre économie et que, dans cette reprise, tous les Albertains, les plus modestes comme les plus riches, reçoivent un soutien », a expliqué la première ministre, samedi, devant des militants néo-démocrates.

Ces engagements seront précisés dans le discours du Trône, qui sera lu par la lieutenante-gouverneure jeudi après-midi.

Budget le 22 mars

Le budget pour 2018-2019 sera ensuite déposé le 22 mars. Le ministre des Finances, Joe Ceci, pense que la reprise économique se confirmera et que l’année prochaine sera celle du retour complet à la situation d’avant la chute du prix du pétrole, en 2014.

Il y a un an, le gouvernement anticipait un déficit de près de 10 milliards de dollars pour l’année 2018-19, un chiffre qui devrait être revu à la baisse en raison de l’amélioration plus rapide que prévu des revenus de la province au cours des derniers mois.

Le gouvernement pense présenter une quinzaine de projets de loi. Ils porteront notamment sur la diversification de l’économie, sur le soutien au raffinage en Alberta et sur les énergies renouvelables.

Les néo-démocrates veulent aussi introduire un projet de loi visant à stabiliser les prix de l’électricité pour les ménages et un autre sur l’agriculture urbaine.

Kenney, nouveau chef de l'opposition

L’opposition conservatrice sera conduite pour la première fois par le nouveau chef, Jason Kenney, élu en décembre à Calgary, et sans l’ancien leader du Wildrose, Brian Jean, qui a démissionné lundi.

Au mois de mai, le Parti conservateur uni clarifiera aussi son positionnement politique. Au terme d’un long processus, la première assemblée générale du nouveau parti adoptera un premier programme politique.

D’ici là, les conservateurs pourront continuer d’éviter de répondre aux questions précises des journalistes sur ce qu'ils proposent. Ils ne devraient pas non plus présenter de budget alternatif à celui du gouvernement.

Parti albertain en chantier

L’autre acteur à surveiller sera le Parti albertain. Passé d’un seul député à trois au cours des derniers mois, le parti doit confirmer ses grandes ambitions.

Le nouveau chef, Stephen Mandel, affirme qu’il veut faire de la formation centriste une force capable de s’imposer aux élections de 2019. Le parti doit encore créer des associations locales dans une vingtaine de circonscriptions.

Le Parti albertain et l’autre petit parti centriste, le Parti libéral de l’Alberta, réuniront leurs militants au printemps pour mettre à jour leurs programmes politiques.

La session devrait prendre fin au mois de juin. Il est probable que les députés siègent quelques jours au-delà du 7 juin, date de fin prévue.

D’ici là, le gouvernement pourrait aussi décider de déclencher les élections partielles pour les deux sièges laissés vacants par Brian Jean et le député conservateur Don MacIntyre, qui a démissionné dans la foulée d'accusations d'agression sexuelle.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine