Retour

Jean-François Lisée présente un bilan de session à saveur électorale

À l'instar des chefs des autres partis de l'Assemblée nationale, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a fait son bilan de session en fonction du déclenchement prochain d'une campagne électorale.

« Si les Québécois veulent savoir à quoi ressemblera un gouvernement du Parti québécois, ils peuvent regarder les propositions que nous avons faites et les initiatives que nous mettons de l’avant depuis janvier », a dit le chef du parti Jean-François Lisée en déclinant les bons coups de ses députés, de partout au Québec, au cours de la dernière session parlementaire.

« Nous sommes fiers d’avoir fait la différence en équipe, le PQ n’est pas le parti d’un seul homme », a souligné Jean-François Lisée, qui a ensuite mis l’accent sur ce qu’un gouvernement péquiste fera pour le Québec.

« Nous proposons un gouvernement du nationalisme économique, qui défendra ses sièges sociaux, introduira l’achat local, un gouvernement qui donnera la priorité aux PME et à la relève entrepreneuriale. Nous proposons un gouvernement qui pilotera la sortie du pétrole du Québec, et créera des emplois verts, de la qualité de vie partout au Québec, contrairement au « PLCAQ » [contraction du Parti libéral et de la Coalition avenir Québec] qui voit d’un bon œil un pipeline de pétrole qui traverserait 860 de nos cours d’eau. »

Au chapitre des avantages pour le Québec de devenir indépendant du Canada, Jean-François Lisée a fait valoir les récents écueils de la relation provinciale-fédérale, citant les longs délais dans la nomination de juges supplémentaires, la date de légalisation de la marijuana, le choix de Toronto pour la banque d’infrastructures et le long délai avant que le gouvernement fédéral ne décide d'investir dans Bombardier.

Il a précisé qu’un premier mandat se concentrerait sur un « redressement de la nation, des régions, de nos services publics. Nous croyons que cette étape franchie, les Québécois seront prêts ensuite à se dire pleinement oui », a-t-il conclu sous les applaudissements de ses députés.

Plus d'articles

Commentaires