Retour

Jim Reiter songe à poser sa candidature pour succéder à Brad Wall

Le ministre de la Santé et député de Rosetown-Elrose, Jim Reiter, est le premier à porter haut le débat sur la succession de Brad Wall, depuis l'annonce, jeudi, du départ du premier ministre et chef du Parti saskatchewanais.

La question qui est sur toutes les lèvres est belle est bien de savoir qui remplacera Brad Wall comme chef du Parti saskatchewanais.

La course à la direction va être très importante, puisque le prochain chef sera fort probablement le nouveau premier ministre de la province. Le congrès qui permettra aux membres du parti de se choisir leur chef est prévu pour le mois de janvier.

Dans un communiqué, Jim Reiter a annoncé ce vendredi qu’il se donne quelques jours pour consulter sa famille et ses proches avant de faire le grand saut.

Il dit que depuis l’annonce de Brad Wall, il a reçu plusieurs messages d’encouragement venant notamment de ses collègues à l'Assemblée législative.

Analyse des candidats potentiels

Greg Poelzer, professeur d’études politiques de l’Université de la Saskatchewan et Murray Mandryk, chroniqueur au Leader-Post partagent par ailleurs leur analyse quant aux autres candidats potentiels.

Jim Reiter

Jim Reiter est un homme fort du gouvernement Wall, qui a dirigé plusieurs ministères. Il est perçu comme loyal à Brad Wall et compétent, selon M. Poelzer.

M. Mandryk dit que Jim Reiter serait dans la catégorie « de probable à certain » pour succéder à Brad Wall. Il pourrait, selon le chroniqueur, compter sur un large capital de sympathie auprès des conservateurs.

Kevin Doherty

Selon M. Poelzer, Kevin Doherty peut compter sur la réputation qu’il s’est construite au sein du parti. Il est perçu comme agréable et comme étant un ministre confiant.

M. Mandryk prend des pincettes par rapport à Kevin Doherty : il serait, selon lui, de l’ère de Brad Wall et il doute de son soutien au sein du parti.

Gordon Wyant

M. Poelzer dit que Gordon Wyant peut compter sur ses origines citadines et sur le fait qu’il est perçu comme étant centriste. Avec ce dernier atout, il pourrait être un pont entre les libéraux et les conservateurs, à l'échelle fédérale.

M. Mandryk, pour sa part, ne se fait aucune illusion sur la candidature de Gordon Wyant, qui sera absolument déposée, dit-il. Selon le chroniqueur, M. Wyant pourra compter sur ses soutiens à Saskatoon.

Tina Beaudry-Mellor

Tina Beaudry-Mellor est une potentielle candidate, qui ferait néanmoins face à des interrogations quant à son expérience, s’accordent les deux analystes.

M. Mandryk note cependant que le Parti saskatchewanais profiterait amplement d’une candidature féminine, qu’il n’a jamais eue depuis sa création.

Ken Cheveldayoff

« [Ken Cheveldayoff] a été un peu dans l'ombre, pas un profil aussi élevé, mais il est quelqu'un qui, dans sa propre base, a de nombreux fidèles », dit M. Poelzer.

Pour M. Mandryk, Ken Cheveldayoff a été perçu comme ayant des ambitions politiques depuis longtemps et il devrait sérieusement envisager une course comme celle-ci. Mais, cependant, il note que M. Cheveldayoff pourrait être perçu comme peu viable, du fait qu’il a quitté le Cabinet dans un contexte similaire à celui de Brad Wall aujourd’hui.

Dustin Duncan

Dustin Duncan est quelqu’un de bien connu, selon M. Poelzer, et qui est dans le parti depuis très longtemps et très apprécié, note-t-il.

Mais M. Poelzer, tout comme M. Mandryk, doute qu’il se présente à la course à la chefferie, notamment du fait qu’il a une toute jeune famille.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine