Retour

Justin Trudeau fera-t-il face à des opposants à l'oléoduc Trans Mountain en C.-B.?

Le lendemain de sa promesse devant une assemblée en Alberta que l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain ira de l'avant, Justin Trudeau pourrait faire face à des critiques lors d'une rencontre publique à Nanaimo en Colombie-Britannique.

Un texte d'Eva Uguen-Csenge

Des manifestants contre des projets d'oléoducs comptent se rendre sur place pour lui faire part de leur opposition à l'expansion du pipeline de Kinder Morgan qui doit tripler la capacité de transport du pétrole de l'Alberta vers la côte Ouest.

Les membres de la Georgia Strait Alliance, un groupe qui milite pour protéger les eaux de l'océan Pacifique, disent qu'ils organiseront une manifestation à l'extérieur des locaux à l'Université de l'île de Vancouver, où Justin Trudeau rencontrera des étudiants et des membres du public.

Alors que sa tournée pancanadienne se poursuit vendredi, le premier ministre a réussi à éviter, dans l'ensemble, des questions difficiles sur le projet.

« Ça fait partie d’un choix qui est celui d’essayer d’avoir un auditoire qui est moins critique et plus réceptif à ce qu’il a à dire », dit François Rocher, spécialiste du fédéralisme canadien à l’Université d'Ottawa, en entrevue ce matin avec Marie Villeneuve à l'émission Phare Ouest.

M. Rocher affirme qu’en général, les questions posées lors de ces rencontres publiques, ou « town halls », ne sont pas complexes et sont l’occasion pour le premier ministre de se concentrer sur des dossiers qu’il maîtrise bien. « Les gens aiment le rencontrer », explique-t-il. « [M. Trudeau] est particulièrement à l’aise et efficace dans les town halls. »

Le conflit entre la Colombie-Britannique et l'Alberta s'intensifie

Deux provinces de l’Ouest se livrent présentement un bras de fer au sujet du projet Trans Mountain.

Plus tôt cette semaine, la Colombie-Britannique a annoncé son intention d’imposer des restrictions sur le transport de bitume sur son territoire.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley y voit là une menace à des milliers d’emplois dans sa province et a annoncé des représailles sur le plan économique, notamment la suspension de l’achat d’électricité en provenance de la Colombie-Britannique.

La rencontre publique à Nanaimo commencera à 11 h.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine