Retour

Justin Trudeau vient rassurer les travailleurs de l’aluminium

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, rencontre des représentants de l'industrie de l'aluminium du Saguenay-Lac-Saint-Jean toute la journée, dans le cadre d'une tournée pancanadienne.

Un texte de Catherine Paradis

Même si le gouvernement américain a accordé un répit aux producteurs d’acier et d’aluminium canadiens en les exemptant d'une hausse de tarifs, Justin Trudeau estime qu’il doit se déplacer pour rassurer les travailleurs de vive voix dans la région.

« Avec ce président, il y a des moments d'imprévisibilité. [...] Dans le cours normal des relations entre le Canada et les États-Unis, de ne pas imposer des tarifs sur une industrie qui est si bien intégrée serait vu comme normal et évident, pas nécessairement une victoire », a mentionné Justin Trudeau en entrevue à l'émission Y'a des matins.

Le président du syndicat des employés de l'Aluminerie d'Alma, Alexandre Fréchette, s'apprête à accueillir le premier ministre dans son milieu de travail. « De se faire dire que c’est important et de sentir que c’est important c’est peut-être deux choses. Qu’il ait l’opinion de ceux qui font l’aluminium », a-t-il dit en vue de la rencontre.

Discours rassurant

Le premier ministre Trudeau a pris une heure pour échanger avec une vingtaine de représentants de l'industrie de l'aluminium, lundi matin. « Je suis très content d'être ici pour entendre vos préoccupations, vos pistes de solutions et vos suggestions sur comment travailller ensemble », a-t-il mentionné à l'ouverture de la rencontre conjointe avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

« Il serait difficile de refaire une industrie de production d'aluminium aux États-Unis, puisque l'élément fondamental des coûts en aluminium c’est l’énergie », a d'ailleurs renchéri M. Couillard.

Au terme de la réunion, des intervenants sont sortis rassurés.

« Le signal a été très clair que le support va être là et qu’ils vont y aller inconditionnellement », a conclu le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, même si le premier ministre Trudeau a rejeté son idée de se retirer des négociations de l'ALENA avec les États-Unis.

Certains équipementiers s'inquiètent tout de même des répercussions de l'accord renégocié, dans le contexte de la montée du protectionnisme américain.

En plus des dirigeants d'entreprises et de syndicats, les deux premiers ministres doivent rencontrer les travailleurs de l’usine AP60 de Rio Tinto, à Arvida, qui représente le plus grand complexe de production d'aluminium en Amérique du Nord.

Ce passage de Justin Trudeau s'inscrit dans une tournée qui le mènera en Ontario et en Saskatchewan au cours des prochains jours.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards