Retour

Kamouraska : « Tout s’oriente vers une fermeture subtile de notre hôpital »

Dans une déclaration dévoilée lundi matin, plus de 60 organismes et municipalités du Kamouraska joignent leur voix au comité Mes soins restent ici pour dénoncer la situation toujours alarmante en matière de soins de proximité dans la région et la mauvaise volonté du gouvernement. Le comité citoyen lance par la même occasion une campagne intitulée « Le 1er octobre, je vote pour " Mes soins restent ici " », question de s'inviter dans les débats électoraux à venir.

Un texte de Laurence Gallant

Il y a un an jour pour jour, des milliers de personnes envahissaient les rues de La Pocatière pour manifester leur inquiétude face aux réductions de service à l'hôpital Notre-Dame-de-Fatima.

Le comité Mes soins restent ici profite de cet anniversaire pour dévoiler cette déclaration d’appui signée par différents acteurs du Kamouraska, qui les engage « à tout mettre en œuvre pour que le réseau public de la santé et de services sociaux maintienne des services de proximité de qualité au sein de notre collectivité ».

« Le 1er octobre, je vote pour " Mes soins restent ici " »

Le comité citoyen lance du même souffle une campagne de mobilisation pour faire des soins de santé au Kamouraska un enjeu électoral.

« Tout s’oriente vers une fermeture subtile de notre hôpital », peut-on lire dans le communiqué du comité. « Nous assistons à des délais qui s’allongent et des déplacements qui se multiplient compliquant ainsi notre accès à nos soins et services. »

Selon le comité citoyen, les Kamouraskois ont dû effectuer de nombreux déplacements vers Rivière-du-Loup ou Montmagny pour avoir accès à un radiologiste ou certains médecins spécialistes maintenant absents du service, et que la situation pourrait s’envenimer dans les prochains mois.

Il affirme qu’une personne âgée qui a fait une chute doit également être transportée en ambulance vers un hôpital de l’extérieur, comme ce type d’accident est maintenant considéré comme source de trauma.

Le comité citoyen retournera à l’Assemblée nationale le 15 mai pour interpeller les différents partis politiques sur l'enjeu des soins de santé dans le Kamouraska.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine