Retour

Kellie Leitch s’engage à expulser les demandeurs d’asile entrés illégalement au pays

La candidate à la direction du Parti conservateur, Kellie Leitch, s'engage à expulser les demandeurs d'asile qui entrent illégalement au Canada, après avoir rencontré vendredi des représentants et des résidents d'Emerson, une localité située à proximité de la frontière canado-américaine au sud du Manitoba, et qui constitue un point de passage important pour l'immigration illégale.

Selon elle, « la migration illégale est injuste pour ceux qui postulent correctement et légalement ».

La candidate à la direction conservatrice veut que les tous les migrants qui désirent faire une demande de statut de réfugié se présentent à un point d'entrée désigné où l’Agence des services frontaliers du Canada est chargée d’évaluer si elles sont admissibles. Elle juge que les politiques d'immigration actuelles du Canada fonctionnent bien et sont généreuses pour les demandeurs d'asile.

La directrice générale du Conseil canadien pour les réfugiés, Janet Dench, explique que la situation est complexe pour les demandeurs d'asile en raison de l'Entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis.

L'accord oblige les migrants à faire une demande de statut de réfugié dans le premier pays sûr où ils arrivent. Ainsi, les personnes ayant déjà demandé l'asile aux États-Unis ne peuvent présenter une autre demande au Canada si elles se présentent à un poste frontalier officiel. Elles peuvent cependant le faire si elles se fraient un chemin illégalement jusqu’au Canada, en évitant les points d’entrée officiels.

« De toute évidence, il serait mieux pour eux, à bien des égards, s'ils pouvaient se présenter à une frontière », dit Janet Dench. Elle ajoute que beaucoup de demandeurs d'asile, entrés récemment au Canada, ont fui la persécution dans leur pays d'origine et beaucoup ne se sentent plus en sécurité aux États-Unis. « Les réfugiés nous demandent de les aider à sauver leur vie », assure-t-elle.

Du 1er janvier au 31 mars, 331 clandestins ont été interceptés près d’Emerson selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Manitoba. Ce nombre n’inclut pas ceux qui ont réussi à atteindre Winnipeg sans être interceptés. La directrice générale du Conseil multiconfessionnel d’aide à l’établissement des immigrants au Manitoba (CMAEIM), Rita Chahal, a indiqué avoir fait quelque 425 demandes de statut de réfugiés jusqu’à présent.

Kellie Leitch s'en prend également au premier ministre Justin Trudeau parce qu'il n'a pas visité lui-même Emerson. « Notre premier ministre agit de manière irresponsable, déclare-t-elle. C'est un problème sérieux et il faut un plan. »

Le préfet d’Emerson-Franklin, Greg Janzen, dit être pour une abolition de l’entente sur les tiers pays sûrs pour permettre aux demandeurs d’asile en provenance des États-Unis de faire une demande à un poste frontalier au Canada.

Lors de son passage au Manitoba, Kellie Leitch s’est aussi arrêtée dans les villages d’Altona et de Morris.

Selon les informations d’Austin Grabish, CBC News

Plus d'articles

Commentaires