Retour

Kenney en guerre contre les « écolos de gauche »

Le chef de l'opposition officielle albertaine Jason Kenney promet de répondre aux « attaques » contre l'industrie de l'énergie menées par les « écolos de gauche », appuyés selon lui par le premier ministre fédéral Justin Trudeau et la première ministre albertaine Rachel Notley.

Dans un discours très tranché prononcé devant la première assemblée générale du Parti conservateur uni, Jason Kenney a estimé que Justin Trudeau est un des « puissants alliés » des groupes d'intérêts qui s'opposent à l'industrie de l'énergie.

Il a aussi accusé Rachel Notley de ne pas en faire assez pour défendre ce secteur crucial de l'économie provinciale.

Jason Kenney a promis, s'il est élu à la tête de la province en 2019, une grande fermeté contre les groupes qui s'opposent aux sables bitumineux et à la construction de pipelines d'exportation.

Des fonctionnaires « contre les mensonges »

Jason Kenney voudrait que la province mette sur pieds « une équipe de réponse rapide chargée de réfuter fermement chaque mensonge répandu par les écolos de gauche ».

Il compte interdire aux groupes de pression de recevoir des fonds étrangers pendant les campagnes électorales.

Le chef du nouveau grand parti de la droite albertaine a appelé ses partisans à se concentrer sur les questions économiques d'ici aux prochaines élections.

Il a appelé ses troupes à l'unité, et à oublier les divisions passées de la droite albertaine, scindée jusqu'en juillet 2018 entre le Parti progressiste-conservateur et le Wildrose.

Ces partis ont commis des « erreurs » qui expliquent leur échec à convaincre les Albertains, a-t-il estimé : le Wildrose manquait de discipline et les progressistes-conservateurs étaient devenus arrogants.

Plus de 2000 militants du Parti conservateur uni sont réunis à Red Deer pour définir la première plateforme politique du parti.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque