Retour

L'absence d'une entente entre Hawkesbury et Champlain pour l'eau et les égouts, un irritant pour les promoteurs

L'absence d'une entente permettant à Hawkesbury de fournir des services d'eau et d'égouts au Canton de Champlain, le long de la route 17 dans l'Est ontarien, continue d'être un irritant majeur pour les deux municipalités.

Un texte de Denis Babin

Ce dossier d'ordre économique risque d'être l'un des grands enjeux de la prochaine campagne électorale municipale, l'automne prochain.

La question a tout récemment rebondi, comme elle le fait à l'occasion depuis plusieurs années, lors d'une réunion de comité à l'hôtel de ville de Hawkesbury.

Le représentant d'une entreprise propriétaire d'une station d'essence s'est renseigné auprès des élus de Hawkesbury de la possibilité de brancher le commerce au système municipal d'eau et d'égout.

Or, c'est que la station d'essence se trouve tout juste à l'extérieur des limites territoriales de la ville dans le Canton de Champlain. Sans surprise, sa demande s'est heurtée à une fin de non-recevoir.

« Le représentant nous est arrivé avec une suggestion qui parlait de passer [les tuyaux] sur du terrain privé. Nos employés ont suggéré que ce n'était pas une bonne idée », indique la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois.

Au fil des mandats, les conseils municipaux de Hawkesbury et de Champlain se sont cassé les dents sur ce dossier.

Le statu quo, croit Jeanne Charlebois, n'en demeure pas moins inacceptable.

« Ce n'est pas une bonne vision. Ce n'est pas une façon de fonctionner dans le futur […] c'est le temps que ça se règle pour le développement économique des deux municipalités », déclare-t-elle.

À la recherche d'une entente équitable pour les deux municipalités

Nul doute qu'il en sera question d'ici le 22 octobre prochain, jour des élections municipales ontariennes.

C'est à tout le moins l'avis de Normand Riopel, l'un des deux candidats officiels à la mairie de Champlain.

« Ça nous aiderait à développer [le côté sud de la route 17] et, en même temps, ça donnerait des retombées économiques pour la Ville de Hawkesbury », croit-il.

Quelles seront les conditions exigées par la Ville de Hawkesbury pour partager ses services avec sa voisine? Le Canton de Champlain, de son côté, permettra-t-il à Hawkesbury d'étendre ses limites, comme cela a déjà été le cas dans le passé, en donnant le feu vert à une annexion d'une partie de son territoire?

Ces questions seront certainement soulevées si les deux nouveaux conseils décident de s'aventurer sur le terrain de la négociation après les élections.

Selon Normand Riopel, le succès sera au rendez-vous si, et seulement si, les deux municipalités négocient de bonne foi.

« Si nous sommes capables de nous entendre 50-50, les deux parties vont gagner […] c'est facile à comprendre, Champlain gagne, Hawkesbury gagne. Tout le monde gagnerait », conclut-il.

Plus d'articles