Retour

L'ACFO d'Ottawa dénonce la nomination d'un haut fonctionnaire municipal unilingue anglophone

La nomination d'un autre haut fonctionnaire municipal unilingue anglophone à Ottawa, mercredi, donne des munitions aux groupes qui demandent un statut officiellement bilingue pour la Ville d'Ottawa.

Le conseil municipal a dû adopter une exemption pour permettre l'embauche de Stephen Willis comme directeur général de la Direction générale de la planification, de l'infrastructure et du développement économique, puisque son français n'est pas suffisant pour atteindre le niveau requis à son poste de cadre supérieur.

Cette exemption à la loi est inacceptable, aux dires du vice-président de l'Association des communautés francophones (ACFO) d'Ottawa, Alain Dupuis.

« [Il faut] officialiser le bilinguisme, pour qu'on ne puisse plus voter des exceptions comme celle-là », a-t-il fait valoir.

Avec cette nomination, les exemptions au bilinguisme dans la haute fonction publique municipale semblent devenir plus la norme qu'une exception. Six cadres supérieurs sur les dix en poste sont exclus de l'application de la politique de bilinguisme de la Ville d'Ottawa.

Le maire continue à dire que la politique marche bien, mais elle marche bien si tu fais plein d'exemptions!

Alain Dupuis, vice-président de l'ACFO d'Ottawa

La nomination de M. Willis, un an après la nomination d'un autre unilingue anglophone comme directeur général de la Ville, semble montrer une tendance qui « fragilise la confiance des francophones et francophiles d'Ottawa dans le système », a ajouté M. Dupuis.

Elle appuie aussi les arguments des groupes qui réclament que la politique de bilinguisme soit enchâssée dans une loi provinciale, puisqu'elle y serait mieux protégée contre les motivations politiques du moment, a-t-il conclu.

D'après le reportage de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine