Retour

L'Alberta demande le statut d'intervenant dans la contestation du pipeline Trans Mountain

Le gouvernement de l'Alberta a déposé sa demande de statut d'intervenant auprès de la Cour d'appel fédérale dans la contestation judiciaire de l'approbation de l'expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan.

Le projet de 6,8 milliards de dollars, qui vise à tripler la capacité de l'oléoduc existant entre l'Alberta et Burnaby, en Colombie-Britannique, a été approuvé par l'Office national de l'énergie (ONE) en mai 2016.

Le gouvernement fédéral a aussi donné son autorisation en novembre dernier.

Seize groupes, dont les villes de Vancouver et de Burnaby, la Première Nation Squamish, les nations autochtones de Coldwater et de Musqueam ainsi que les organismes Raincoast Conservation Foundation et Living Oceans Society ont demandé une révision judiciaire de la décision de l'ONE.

Ils affirment que l'ONE n'a pas examiné correctement l'impact environnemental du projet avant d'accorder l'approbation.

Tous les commentaires seront entendus lors d’une audience.

L’Alberta cherche à intervenir

Le gouvernement de l'Alberta recherche le statut d'intervenant afin de pouvoir déposer des arguments écrits et, pas la suite, présenter des arguments oraux lors de l’audience.

« Le développement des ressources de l'Alberta est important pour l'économie de l'Alberta », a déclaré le gouvernement albertain lors d’un avis de motion.

« L'Alberta est la mieux placée pour parler des répercussions potentielles de cette décision sur l'économie albertaine. Elle peut offrir une perspective provinciale sur les avantages du projet qui ne peuvent être exprimés par Trans Mountain ou le Canada », ajoute-t-il.

L'avis de motion conclut que la décision du tribunal sur la question aura des conséquences sur l'Alberta et le reste du Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine