Retour

L'Alberta réagit à la rencontre Trudeau-Trump

La rencontre entre le président américain Donald Trump et le premier ministre du Canada Justin Trudeau a généré plusieurs réactions en Alberta, comme partout au pays.

Le premier ministre Justin Trudeau s'est rendu à Washington pour discuter des relations canado-américaines avec la nouvelle administration.

La ministre albertaine de l’Énergie, Marg McCuaig-Boyd, souligne l’importance des relations entre les deux nations.

« Il faut bâtir des relations et attendre de voir, mais c’est important pour nous de parler de la réalité albertaine avec nos industries de calibre mondial et on va continuer de le faire », affirme Mme McCuaig-Boyd.

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, souligne qu’elle se rendra elle aussi à Washington pour faire valoir les intérêts de la province auprès de la nouvelle administration américaine.

« Je suis encouragée par la discussion. Ici en Alberta, les familles s’inquiètent de la création d’emplois et de notre reprise économique. Quand je serai à Washington, j’utiliserai chaque occasion pour faire valoir le point de vue albertain », martèle la première ministre.

Le député fédéral conservateur Gérard Deltell, de passage à Edmonton lundi, indique qu'il faudra voir quels impacts l'ouverture de l'ALENA aura sur les entreprises d'ici.

« Les enjeux économiques demeurent sur la table. L'ALENA [est un enjeu], mais aussi le fait que M. Trump continue de baisser les taxes et impôts pour les entreprises américaines, alors qu'au Canada le gouvernement Trudeau lui veut augmenter les charges avec, entre autres, la taxe libérale sur le carbone. Nos entreprises seront donc moins compétitives et ça c'est inquiétant », affirme le député de la circonscription Louis-Saint-Laurent.

Les femmes entrepreneures albertaines

Les deux chefs d’État ont notamment annoncé la création du Conseil canado-américain sur l’avancement des femmes d’affaires et entrepreneures.

L’objectif de cette nouvelle instance est de promouvoir le développement économique grâce à l’apport des femmes en affaires et dans le marché du travail

Marcela Mandeville, présidente-directrice générale de l’association albertaine des femmes entrepreneures, se réjouit de cette annonce.

« Ce sont des nouvelles emballantes. Le choix du moment est parfait pour s'attarder à la parité des femmes en entrepreneuriat et en affaires. À l’association albertaine des femmes entrepreneures, on veut vraiment voir cette initiative aller de l’avant », indique Mme Mandeville.

Une femme entrepreneure albertaine, Dawn Farrell de TransAlta, a participé à une table ronde de femmes entrepreneures à Washington lundi.

La présidente-directrice générale de l’association albertaine des femmes entrepreneures croit que plusieurs freins spécifiques aux femmes demeurent dans le marché de l’emploi.

« Ce qu’on voit pour les femmes entrepreneures comme frein, c'est [entre autres] l’accès aux capitaux, qui est un frein important. Réussir à obtenir l’argent frais pour faire grandir leur entreprise est [également] plus difficile. [Finalement], avoir accès à certains réseaux dans certains domaines traditionnellement masculins, c’est difficile d’avoir les contacts et accès aux mêmes opportunités », continue Mme Mandeville.

Plus de détails suivront.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine