Retour

L’Alberta veut limiter la rémunération des directeurs généraux des conseils scolaires

Le ministre de l'Éducation, David Eggen, veut freiner l'augmentation du salaire des directeurs généraux des conseils scolaires de la province, dont la rémunération est beaucoup plus élevée que celle de leurs homologues des autres provinces.

David Eggen a affirmé mercredi matin qu’il ne signerait aucun nouveau contrat pour embaucher d’autres directeurs généraux, tant qu’il n’y aurait pas un moyen de limiter leur salaire.

Un sondage de l’Association des conseils scolaires de l’Alberta, rendu public mardi, a dévoilé que le salaire des directeurs généraux scolaires avait augmenté de 10 % entre 2015 et 2016. La rémunération des enseignants est restée stable pendant cette période.

Selon un rapport de la firme de consultants Western Management, le salaire de base pour les directeurs généraux des conseils scolaires va de 229 448 $ à 357 404 $, ce qui est « beaucoup plus élevé » qu’en Ontario, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

« Des salaires disproportionnés »

David Eggen affirme que la province doit reprendre le contrôle de la situation. Plusieurs options sont possibles, selon le ministre de l’Éducation, qui cite la possibilité d'établir un plafond ou une grille salariale. Toutefois, il n’a pas fixé d’échéancier pour l’instant.

« L’Alberta paie plus que toutes les autres provinces », ajoute-t-il. Pour l’instant, il n’a pas signé le nouveau contrat avec Joan Carr, la directrice générale du Conseil des écoles catholiques d’Edmonton. Sa rémunération, l’an dernier, était de 426 824 $, soit le salaire le plus élevé parmi les directeurs généraux de la province.

« C’est de l’argent complètement public »

David Eggen affirme qu’il va rencontrer les conseils scolaires pour discuter des façons d'améliorer la situation.

« Il y a certainement plusieurs options possibles, dit le ministre de l’Éducation. Ce sont les conseils scolaires qui embauchent les directeurs généraux et déterminent leur salaire, mais c’est tout de l’argent public qui provient de la province de l’Alberta. »

Les enseignants, quant à eux, ont accepté un gel de leur salaire au moment où la province gère un déficit de plusieurs milliards de dollars.

Barry Litun, le directeur général du Collège des directeurs généraux des conseils scolaires de l’Alberta, n’est pas surpris que les salaires soient plus élevés en Alberta qu’ailleurs au pays. « C’est la réalité des salaires en Alberta dans presque tous les domaines », rappelle-t-il.

Il croit qu’il y a d’autres éléments à prendre en compte. Depuis que l’Ontario et la Colombie-Britannique ont fixé un plafond salarial pour les directeurs généraux, dit Barry Litun, ils ont eu du mal à pourvoir ces postes, car le salaire des enseignants et des directeurs, lui, continue à augmenter.

Avec des informations de CBC

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine