Retour

L'ancien député néodémocrate Jean Rousseau passe au Parti vert

L'ancien député néodémocrate de Compton-Stanstead Jean Rousseau, défait lors des dernières élections fédérales se joint au Parti vert du Canada.

Le politicien confirme qu'il a déjà sa carte de membre en main depuis quelques semaines, et qu'il fera l'annonce officielle de son changement de parti lundi prochain, à Ottawa, en compagnie de la chef, Elizabeth May. 

Il refuse toutefois de se prononcer sur son avenir politique et ignore pour le moment s'il se présentera aux prochaines élections sous la bannière verte. Sa transition, soutient-il, est surtout idéologique. La raison principale de ce changement : l'environnement.

« Je pense que l'environnement devrait être la priorité numéro un de tous les citoyens et citoyennes », soutient-il.

Selon lui, la situation est « quasi grave » et il souhaite faire la promotion de la cause environnementale. Il estime que le NPD fait un travail intéressant à ce sujet, mais qu'il n'a jamais senti qu'il s'agissait d'une priorité au sein de ce parti.

« Il y a eu beaucoup d'insatisfaction pendant la campagne. Durant les dernières années, cela a été assez difficile de passer son message des priorités, surtout sur la région de l'Estrie, en agriculture, en environnement, en foresterie », soutient-il.

Lui-même peinait à faire connaître les inquiétudes de ses concitoyens. Il donne l'exemple de l'assainissement des eaux, qui est, selon lui, une priorité nationale. Il rappelle que certains citoyens en Estrie ont dû bouillir leur eau pendant une dizaine d'années, une situation inacceptable qui n'a jamais été prise au sérieux par le NPD.

Un parti en projet élection

Son ancien parti « était perdu », selon lui, depuis les dernières années. Les priorités étaient d'amasser le plus d'argent et de recruter le plus de bénévoles possible, et cela, aux dépens du message à véhiculer.

« Le NPD était un parti de principes, les causes sociales, les causes environnementales. Mais on a laissé de côté le message, l'aspect humain de la chose, et on a juste tenté d'attirer les gens. »

Ces choix, à son avis, ont d'ailleurs provoqué la chute du NPD lors des dernières élections. Il croit que le parti aurait dû solidifier son message avant de se mettre en mode recrutement.

Pas de retour en arrière

Malgré le désaveu de Thomas Mulcair, M. Rousseau ne croit pas que cela lui permettrait de faire avancer davantage ses dossiers. Selon lui, le parti a besoin d'un remaniement en profondeur et doit se redéfinir. 

« Ils voient l'impasse. Ce sont des changements qu'on fait par obligation, parce que s'ils ne changent pas leurs façons de faire, ils vont perdre encore des plumes. »

M. Rousseau affirme ne pas détester son ancien parti et soutient qu'il a toujours de très bons amis au sein du NPD et beaucoup de respect pour ses militants.

Plus d'articles

Commentaires