Retour

L'ancien premier ministre de la Saskatchewan en conférence à Calgary

L'ancien premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall, qui a officiellement quitté ses fonctions le 27 janvier dernier, était en visite à Calgary lundi pour sa première apparition publique. Au cours d'une conférence qu'organisait la Chambre de commerce de Calgary, l'ancien premier ministre a partagé sa vision de l'économie canadienne en ne manquant pas de critiquer la taxe fédérale sur le carbone.

Un texte de Charlotte Dumoulin

« Je ne pense pas que notre priorité à l'échelle nationale est l'économie », se désole l'ex-premier ministre de la Saskatchewan. Brad Wall a parlé pendant quelques heures de l'avenir du Canada devant 650 personnes, en compagnie de son vieil ami, l'entrepreneur et philanthrope William Brett Wilson.

Quelques petites flèches ont été envoyées au gouvernement fédéral à certains moments. Selon lui, Ottawa ne met pas l'économie au coeur de ses priorités. Il qualifie l'approche du fédéral dans la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) de « peu sérieuse. »

« Si le gouvernement fédéral plaçait l'économie en premier dans sa liste, il ne prendrait pas le risque de mettre les questions de genre, de taxe sur le carbone et de normes du travail sur la table alors que les négociations sur l'Accord de libre-échange sont tendues », critique Brad Wall.

Pendant sa sortie publique, Brad Wall a également fait allusion au conflit concernant le pipeline entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.

« Si quelqu'un en Colombie-Britannique ou ailleurs au pays n'aime pas le secteur pétrolier, le fait de mettre une taxe sur le carbone ne changera pas l'opinion de cette personne. Elle continuera de voter pour le parti pour lequel elle votait, de s'engager auprès d'[organismes non gouvernementaux] et la Colombie-Britannique continuera d'agir comme elle le fait », pense Brad Wall.

Selon lui, en adoptant une taxe sur le carbone, Ottawa ne changera pas le point de vue des gens qui sont contre cette industrie. « Nous allons nous punir parce que nous avons du pétrole? », demande Brad Wall.

Par ailleurs, Brad Wall pense que de maintenir la taxe carbone en Alberta est une mauvaise stratégie politique de la part du gouvernement de Rachel Notley. Selon lui, ce message de la première ministre est contradictoire, compte tenu de sa position en faveur de l'expansion du pipeline Trans Mountain.

Wall, conférencier?

« Je ne sais pas encore ce que je ferai dans le futur. Peut-être que je ferai des conférences. Je suis intéressé par le monde des affaires et je veux continuer d'apprendre », a répondu le premier ministre sortant, en spécifiant bien ne pas avoir d’annonce à faire à ce sujet pour le moment. « Ma femme est ingénieure pour la ville de Swift Current. C’est à mon tour de lui offrir mon soutien. Elle s’est sacrifiée beaucoup », ajoute-t-il.

Plus d'articles