Retour

L'équipe éditoriale du National Post se déchire sur fond d'élections

Le réputé chroniqueur de National Post Andrew Coyne a annoncé qu'il quitte ses fonctions de responsable des pages éditoriales du quotidien dans la foulée d'une série d'éditoriaux appuyant le Parti conservateur. Il demeure toutefois chroniqueur.

« Les cadres de Postmedia et moi avons eu un désaccord professionnel », a-t-il expliqué lundi dans une série de 15  tweets.

« Leur position est que la publication d'une chronique par le responsable des pages éditoriales contestant l'appui du Post aux conservateurs aurait créé de la confusion chez les lecteurs et embarrassé le journal », ajoute-t-il.

M. Coyne, aussi connu comme membre du panel de commentateurs At Issue du bulletin de fin de soirée The National, à CBC, conteste cette façon de penser, même s'il concède que le propriétaire du Post et ses dirigeants ont le droit d'appuyer qui ils veulent.

« Mon opinion était que je faisais ce pour quoi j'étais payé : donner mon opinion honnête sur des enjeux d'intérêt public », peut-on lire sur son fil Twitter. Il ajoute qu'il ne considère pas « qu'un désaccord public crée de la confusion ».

« Soyons clairs, les propriétaires et les dirigeants du journal ont parfaitement le droit de déterminer la ligne éditoriale du journal. Ils ont aussi parfaitement le droit de décider ce qu'ils publient, et qui le publie », écrit-il.

Il affirme par ailleurs que « personne n'a le droit divin d'être publié » et que le Canada s'en sortira « très bien » sans qu'il suggère aux citoyens pour qui voter.

Andrew Coyne soutient que sa décision de quitter ses fonctions de responsable des pages éditoriales s'appuie sur deux arguments. D'une part, il ne voulait pas qu'il y ait de doute qu'il appuyait personnellement les conservateurs. D'autre part, il craignait de ne pouvoir continuer à écrire ses chroniques en étant en désaccord avec la direction.

« Bien que l'intervention de Postmedia soit sans précédent, d'après mon expérience personnelle, je ne pouvais le tolérer. Alors pour protéger ma réputation, et pour protéger ma liberté éditoriale comme chroniqueur, j'ai senti qu'il était nécessaire que je démissionne », conclut-il.

Le président et chef de la direction de Postmedia News, propriétaire du National Post, Paul Godfrey, n'a pas commenté la décision d'Andrew Coyne.

Plus d'articles

Commentaires