Retour

L’habitation au cœur de la nouvelle politique de développement social de Montréal

Le maire de Montréal, Denis Coderre, promet de faire du logement une priorité de la toute première politique de développement social de la Ville. Cela pourrait avoir comme effet de soumettre les promoteurs immobiliers à des exigences plus élevées en matière de logement social.

Un texte de Julie Marceau

« L’habitation, ça va être vraiment l’enjeu », a précisé M. Coderre.

« C’est une demande qui est revenue énormément. Il manque de logements sociaux et abordables à Montréal », a ajouté le protecteur des personnes en situation d'itinérance de la Ville de Montréal, Serge Lareault.

La politique présentée mercredi définit de grandes orientations visant à inclure, protéger et rendre plus accessibles les services municipaux aux personnes et aux communautés vulnérables.

À l’instar de la Politique de l’enfant et du Plan d’action montréalais en itinérance, elle sera suivie d’un plan d’action qui doit être adopté dans les prochains mois.

« Il s’agit d’assurer une concertation, a déclaré le maire Coderre. On jette les bases d’une politique qui est solide, basée sur des principes, sur des valeurs. »

« C’est une garantie de plus que l’appareil va se mettre à l’œuvre pour aider les plus démunis », d’ajouter Serge Lareault.

Vaste consultation

La politique découle d’une collaboration avec différents organismes et d’une consultation publique menée par la Commission permanente sur le développement social et la diversité montréalaise. Au total, 57 mémoires ont été déposés et plus de 1330 personnes ont répondu au sondage en ligne durant la consultation.

« C’est un processus de consultation publique sans pareil », affirme Monique Vallée, responsable du développement social et communautaire au comité exécutif de la Ville.

« Une première politique de développement social, ce n’est pas rien, c’est fondamental, il y a longtemps qu’on l’attendait, qu’on la demandait, et enfin on l’a eue, on est très contents », a réagi la présidente du Forum régional sur le développement social de l'île de Montréal, Nathalie Fortin.

« Le développement social, c’est de s’assurer que chaque individu dans notre communauté a tout ce qu’il faut pour se développer, dit-elle. Cette réponse […] confirme qu’à Montréal, nous souhaitons prendre soin des uns et des autres et que nous sommes, comme ville, comme métropole, solidaires ensemble. »

Un plan d’action attendu

L’opposition officielle à l’Hôtel de Ville s’est réjouie de l’annonce, tout en lançant un appel à des gestes concrets.

« C’est une excellente annonce, cela faisait longtemps qu’on attendait après une politique de développement social. […] Ce qui sera surtout important, c’est que la recommandation qu’on émettait à l’effet qu’il y ait un plan d’action rapidement, qu’il soit mis en branle, ça va être prioritaire », souligne le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, membre de la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise.

Par ailleurs, M. Dorais rappelle que la commission avait fait de la mobilité une priorité et espère que le plan d’action se penchera aussi sur les tarifs du transport en commun. « Montréal devrait oser la tarification sociale », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine