Retour

L'Î.-P.-É. veut améliorer la coopération de ses corps policiers

L'Île-du-Prince-Édouard cherche à améliorer la coopération des corps policiers sur son territoire. Mais la province n'est pas prête dans l'immédiat à changer le modèle de prestation des services de police, comme le recommande une firme d'experts-conseils.

Le premier ministre Wade MacLauchlan, qui est également responsable de la Sécurité publique, affirme qu'une dizaine de recommandations d'un rapport de la firme Perivale & Taylor seront mises en oeuvre d'ici un an et demi pour améliorer la lutte contre la criminalité et accroître l'efficacité des services de police.

Les corps policiers à l'Île-du-Prince-Édouard seront appelés à mieux communiquer entre eux, à partager certaines données et certains services comme les chiens renifleurs et la reconstruction de scènes d'accidents.

Wade MacLauchlan écarte toutefois, pour l'instant, la recommandation phare du rapport de la firme Perivale & Taylor, qui est de changer complètement le modèle de livraison des services policiers dans la province insulaire.

Le premier ministre préfère y aller par étapes.

Nous répondons au besoin qui a été identifié d'avoir une meilleure interopérabilité de nos systèmes de communication et d'avoir des équipes fortes pour répondre à des crimes majeurs.

Wade MacLauchlan, premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard

Ce premier examen des services de police de l’Île-du-Prince-Édouard depuis 40 ans révèle que les corps policiers présents dans la province travaillent souvent de manière « désordonnée » et « cloisonnée » et sont mal préparés à collaborer en cas de crime grave.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) compte cinq détachements sur l'île tandis que les municipalités de Charlottetown, Kensington et Summerside ont chacune leur service de police.

D'autres modèles mieux adaptés

Les experts-conseils Robert et Keith Taylor de la firme Perivale & Taylor ont étudié d'autres modèles de prestation des services de police au pays et sont d'avis que ceux de Terre-Neuve-et-Labrador et du Yukon pourraient mieux répondre aux besoins la plus petite province.

Est-ce qu'un nouveau modèle est souhaitable? Je le crois. Mais certainement, la province fait preuve de sagesse en identifiant les problèmes clés et en agissant tout de suite pour y apporter des solutions. Après, il sera toujours possible de songer à un nouveau modèle.

Robert Taylor, expert en services policiers de la firme Perivale & Taylor

Dans le cas de Terre-Neuve-et-Labrador, par exemple, c'est un service provincial de police, le Royal Newfoundland Constabulary, qui patrouille les régions urbaines tandis que la GRC patrouille les régions rurales.

Les experts de Perivale & Taylor reconnaissent toutefois qu'un changement complet du modèle de prestation des services policiers à l'Île-du-Prince-Édouard « ne serait pas simple », notamment au niveau de l'harmonisation des contrats de travail et des pensions des policiers.

À l'heure actuelle, les trois quarts des Insulaires se disent satisfaits de leurs services de police, selon un sondage.

Le premier ministre Wade MacLauchlan dit qu'une fois que les recommandations plus urgentes seront mises en oeuvre, le gouvernement sera « mieux placé » pour juger s'il y a lieu de revoir plus en profondeur le modèle de prestation des services policiers dans la province.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine