Retour

L'idée de criminaliser les voyages dans certaines régions du monde fait réagir des musulmans d'Halifax

Stephen Harper a annoncé dimanche son désir de criminaliser les voyages dans certaines régions du monde où des groupes terroristes font du recrutement. Une nouvelle qui fait réagir au sein de la communauté musulmane d'Halifax.

En cette deuxième semaine de campagne, Stephen Harper et le Parti conservateur du Canada font de la sécurité un enjeu électoral.

M. Harper compte maintenant empêcher les Canadiens de se rendre dans certaines zones du monde où les groupes terroristes sont actifs.

De 130 à 145 Canadiens se trouvent actuellement au Moyen-Orient pour participer à des activités terroristes, selon le Service canadien du renseignement de sécurité.

La communauté musulmane d'Halifax n'est pas contre la guerre au terrorisme. Mais l'imam et directeur du Centre communautaire et mosquée Ummah, à Halifax, Amdelkader Tayebi, s'interroge sur l'application de cette mesure.

« Il n'y aura pas de limites, comment on peut définir la terre, la communauté où le pays qui a une activité terroriste ? », souligne M. Tayebi.

Une loi similaire a été implantée en Australie, où les zones criminalisées ont clairement été identifiées. Mais le Parti conservateur ne s'est pas encore prononcé sur cet aspect.

La fille de M. Tayebi, Fatima, s'inquiète pour les Canadiens qui ont de la famille dans certains pays du Moyen-Orient.

« Beaucoup de Canadiens peuvent être bloqués de visiter leur famille et leurs terres natales et c'est tellement pas juste », estime-t-elle.

Le politologue Marc-Navarro Génie croit que les zones doivent être clairement identifiées.

« Je pense que si on réussit à faire une loi comme celle-ci au Canada à savoir qu'il y a des places très précises, ça pourrait aussi aller mieux dans la perception du public », croit-il.

D'après le reportage de Fanny Samson.

Plus d'articles

Commentaires