Retour

L'immigration et les services au cœur de la Conférence sur la francophonie canadienne

La 23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne s'est terminée vendredi à Whitehorse, au Yukon. Les ministres provinciaux, territoriaux et fédéral qui y étaient rassemblés ont discuté de plusieurs dossiers touchant les communautés francophones du pays.

Lors de la rencontre, il a notamment été question de l’immigration francophone au Canada, particulièrement à l’extérieur du Québec.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a indiqué que le nouveau Plan d’action pour les langues officielles prévoit 40 millions de dollars pour attirer, accueillir et intégrer les immigrants francophones.

Selon elle, « l'immigration francophone est fondamentale pour assurer la pérennité de nos communautés linguistiques partout à travers le pays. Investir en immigration francophone, c'est investir dans le fait français au pays et c'est pour ça qu'on a mis de l'argent sur la table. »

L’accès à la justice familiale en français, l'utilisation de la technologie pour améliorer l’offre de services francophones et l'importance d'avoir accès à l'apprentissage de plusieurs langues, que ce soit le français ou les langues autochtones, font aussi partie des sujets qui ont été abordés lors de la conférence.

Collaborer pour améliorer les services en français

Le ministre responsable de la Direction des services en français du Yukon, John Streicker, dresse un bilan positif de la conférence. Il soutient que les gouvernements provinciaux, territoriaux veulent renforcer leur partenariat avec Ottawa dans le but d’améliorer les services en français au Canada.

« Il faut explorer les possibilités de coopération intergouvernementale afin que les services et renseignements en français poursuivent leur constante progression », dit-il.

John Streicker ajoute que les ministres responsables de la francophonie souhaitent collaborer avec les autres ministres du pays pour faire avancer les dossiers qui touchent les communautés francophones, « pour le bénéfice ­[de ces communautés], bien sûr, mais aussi pour celui de tous les Canadiens ».

Plus d'articles