Retour

L'immigration francophone remonte après des années de chute en Ontario

L'immigration francophone a légèrement remonté en Ontario en 2016. Mais la province reste loin d'atteindre sa cible de 5% de l'immigration totale.

Un texte d'Annie Poulin

Selon le ministère des Affaires civiques et de l'Immigration de l'Ontario, 2 380 immigrants francophones ont été admis l'an dernier. C'est environ 300 personnes de plus que l'année précédente.

En 2016, les immigrants francophones représentaient environ 2 % du total des immigrants.

Il y a 5 ans, le gouvernement s'était pourtant engagé à faire une plus grande place aux nouveaux arrivants francophones, en fixant une cible de 5 % de l'immigration totale.

La hausse enregistrée en 2016 est « très modeste », note Carol Jolin, le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO). Il croit toutefois que c'est « un bon signe ».

L'AFO déplore que la province soit toujours aussi loin de son objectif. Elle estime qu'il y aurait près 13 000 francophones de plus en Ontario si la province avait respecté sa cible dès la première année.

Début lent pour l'Ontario

Le gouvernement provincial a mandaté un groupe d'experts qui a recommandé, en novembre dernier, des façons de stimuler l'immigration francophone.

Depuis la province a demandé aux municipalités de lui soumettre des projets pour attirer et intégrer les nouveaux arrivants. L'appel de proposition s'adresse autant aux francophones qu'aux anglophones.

Différents programmes incitatifs pour Ottawa

De son côté, le ministère fédéral de l'Immigration a fait des changements à son programme « Entrée express » pour avantager les immigrants francophones en milieu minoritaire.

Depuis le 6 juin, les francophones obtiennent 30 points de plus à leur dossier dans le système de gestion des demandes d'immigration de travailleurs qualifiés.

Ces points peuvent faire toute la différence parce que plus le pointage est élevé, plus les dossiers des candidats ont une chance d'être étudiés par les services d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour une éventuelle résidence permanente.

Il y a un an, Ottawa a aussi remis sur pied le programme Avantage significatif francophone, qui avait été aboli par le gouvernement conservateur.

Il s'agit d'un programme qui simplifie le processus d'embauche de travailleurs étrangers francophones hors Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine