Retour

L'inauguration de la tour Trump risque de coûter cher aux Vancouvérois

Vancouver déploiera l'artillerie lourde en matière de sécurité pour encadrer la visite de Donald Trump Jr. et Eric Trump, les deux fils du président des États-Unis qui seront de passage mardi dans la métropole pour l'inauguration d'un hôtel au centre-ville baptisé de leur nom de famille.

Un texte de Geneviève Milord

Les frères Trump bénéficient d'une protection de haut niveau comme toute la famille du président américain Donald Trump, mais selon des experts, la controversée famille coûte une petite fortune en sécurité partout où elle passe, même si le montant ne peut être dévoilé pour des raisons sécuritaires.Le gouvernement canadien et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), en collaboration avec les corps policiers locaux, ont le devoir de prendre en charge la sécurité d'un visiteur sur la liste des personnes protégées internationalement désignées, comme les chefs d'État et leur famille.

« On n'ira pas dans les caprices de la famille comme les services américains sont peut-être sujets à subir. Dans notre cas, on va faire ce qu'il faut faire, mais la controverse qui entoure l'ensemble de la famille et de M.Trump en particulier se traduit inévitablement par de gros sous », raconte Michel Juneau-Katsuya expert en sécurité nationale et ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité.

Les besoins en matière de sécurité en un mois d'exercice avec M. Trump ont été l'équivalent d'une année entière pour toute la famille de M. Obama.

Michel Juneau-Katsuya, ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité

« On peut s'attendre que le personnage qui vit dans l'extravagance va continuer de vivre dans l'extravagance aux frais des Américains », poursuit Michel Juneau-Katsuya. Il ajoute que les Canadiens paieront aussi plus pour recevoir quiconque de la famille Trump en sol canadien.

Un mal pour un bien ajoute l'expert en sécurité nationale. « Ce qui est le plus préoccupant pour tous pays qui reçoivent des dignitaires, et c'est directement proportionnel à la controverse que ces dignitaires transportent avec eux, c'est évidemment s'il devait y avoir un attentat réussi ou juste tenté en sol canadien c'est évidemment un élément diplomatique important. »

Un symbole qui dérange

La police de Vancouver devra aussi déployer ses agents pour veiller à la bonne conduite des milliers de manifestants attendus au centre-ville de Vancouver. Des groupes qui militent pour que la Ville fasse disparaître le nom Trump de la devanture de la tour ont rallié les Vancouvérois par le biais des médias sociaux.

L'organisatrice de Resist 4 Peace, Nora Fadel, a lancé son invitation sur Facebook il y a deux semaines et a maintenant plus de 2 000 citoyens intéressés. « Je veux qu'on mette de la pression à nouveau sur les autorités, car ce nom n'a pas sa place dans une ville aussi inclusive que Vancouver. »

Je suis musulmane et juste marcher devant cette tour, voire ce nom, me donne mal à l'estomac.

Nora Fadel, organisatrice, Resist 4 Peace

Nora Fadel raconte qu'elle souhaite livrer ce message loin de la tour Trump. Elle veut partager son dédain du comportement du président américain et de tout ce que son nom symbolise plutôt devant le consulat américain.

Commotion dans les rues du centre-ville

Les autorités préviennent les automobilistes que les manifestations risquent de perturber la circulation au centre-ville, surtout près du luxueux hôtel Trump situé sur la rue Georgia à l'intersection de la rue Bute. Des marches dans les rues sont prévues dès 9 h.

Plus d'articles