Retour

L'intervention d'une sous-ministre soulève des questions à l'Î.-P.-É.

L'opposition à l'Île-du-Prince-Édouard s'inquiète du fait qu'une sous-ministre soit intervenue pour empêcher la comparution du curateur public de la province devant un comité législatif.

Un texte de François Pierre Dufault

Le curateur public gère les avoirs d'environ 300 Prince-Édouardiens jugés inaptes à prendre leurs propres décisions financières. C'est l'équivalent de 9 millions de dollars.

Dans son plus récent rapport annuel, la vérificatrice générale Jane MacAdam blâme sévèrement l'organisme gouvernemental pour sa gestion : « Les processus en place pour administrer et sauvegarder les avoirs des clients sont inadéquats », écrit-elle.

Les députés siégeant au comité parlementaire des comptes publics ont invité le curateur public Mark Gallant à répondre à leurs questions. Mercredi, c'est plutôt une gestionnaire du ministère de la Justice en poste depuis moins de trois mois qui a comparu devant les élus.

Deuxième emploi quasi judiciaire

Clare Henderson, qui est directrice des tribunaux de la famille, a informé le comité qu'une révision interne était en cours au bureau du curateur public.

Les membres du comité des comptes publics ont alors appris que la sous-ministre de la Justice était intervenue pour empêcher le curateur public de comparaître.

Dans une lettre envoyée au greffe de l'Assemblée législative, la sous-ministre Erin Mitchell signale que Mark Gallant occupe aussi depuis peu le poste de protonotaire par intérim des cours de justice de l'Île-du-Prince-Édouard. Elle prévient que la nature quasi judiciaire du second poste du curateur public l'empêche de comparaître devant un comité législatif.

Apparence d'obstruction

Le greffier du comité Ryan Reddin n'est toutefois pas d'accord. Selon lui, il n'y a aucune raison qui empêche la comparution de Mark Gallant devant le comité puisqu'il y est invité en sa qualité d'administrateur public et non de membre du système judiciaire.

Le député d'opposition Sidney MacEwan croit qu'il y a apparence d'obstruction de la part du gouvernement. Il entend demander des comptes au ministère de la Justice.

L'élu de la région de Morell se demande aussi pourquoi la province n'a pas encore nommé un nouveau curateur public, du moins de façon intérimaire.

La directrice des tribunaux de la famille affirme, pour sa part, que le bureau du curateur public est à la recherche d'un responsable par intérim.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine