Retour

L'oléoduc Trans Mountain verra le jour, affirme Justin Trudeau

Au terme d'une rencontre de près de deux heures avec la première ministre de l'Alberta Rachel Notley et le premier ministre de la Colombie-Britannique John Horgan, Justin Trudeau a brandi le bâton législatif afin de dénouer l'impasse dans le dossier de la construction de l'oléoduc Trans Mountain.

Un texte de Hugo Prévost

Le premier ministre canadien a eu beau effectuer un arrêt imprévu à Ottawa, en plein milieu d'un voyage officiel au Pérou, en France et au Royaume-Uni, pour tenter de désamorcer l'opposition de la Colombie-Britannique devant le projet de la pétrolière Kinder Morgan, rien n'y a fait : le premier ministre Horgan ira de l'avant et enverra le dossier devant les tribunaux.

Au cours d'un point de presse après la rencontre, M. Horgan a évoqué une « discussion franche » où il a réitéré son désir de protéger les côtes britanno-colombiennes des risques de déversement de pétrole, et plus particulièrement de sables bitumineux albertains qui seraient chargés à bord de dizaines de navires tous les jours dans le port de Vancouver.

Au coeur de cette affaire, on retrouve l'épineuse question des champs de compétence. Ottawa peut-elle imposer sa volonté à une province et y construire un projet d'infrastructure?

« [Justin Trudeau et moi] ne serons pas au pouvoir pour toujours; voilà pourquoi la question des champs de compétence est très importante », a mentionné le premier ministre de la Colombie-Britannique.

En ce sens, le gouvernement Trudeau a annoncé qu'il présenterait, dès la semaine qui vient, un projet de loi visant à « renforcer la compétence du gouvernement du Canada dans cette affaire ». Ces dispositions seront clarifiées « dès que possible ».

Le premier ministre fédéral a par ailleurs rejeté les rumeurs de crise constitutionnelle : « Nous sommes un seul pays, nous avons un gouvernement fédéral, nous veillons à ce que les intérêts du gouvernement soient respectés. »

M. Horgan a d'ailleurs tenu à rassurer la presse : « Jamais, dit-il, n'ai-je été mis sous pression, ou me suis-je senti intimidé. C'était une rencontre en toute collégialité. »

« Je ne crois pas que cette crise doive être minimisée, mais il y a beaucoup de choses qui nous rassemblent; nous devrions nous concentrer sur celles-ci », a-t-il ajouté.

Toujours au dire de M. Horgan, son homologue québécois Philippe Couillard lui a fourni quelques conseils plus tôt cette semaine, le Québec « ayant à coeur, comme la Colombie-Britannique, les questions des champs de compétences ».

« Trans Mountain sera construit »

De son côté, la première ministre albertaine Notley a fait savoir que des discussions étaient en cours entre les gouvernements du Canada et de l'Alberta, ainsi qu'avec la pétrolière Kinder Morgan, pour offrir certaines garanties financières « permettant d'alléger les risques pour les investisseurs » suscités, selon l'entreprise, par les entraves menées par la Colombie-Britannique.

Cette information a été confirmée et répétée à plusieurs reprises par le premier ministre Justin Trudeau, selon qui « l'oléoduc Trans Mountain sera construit », puisque ce projet est « dans l'intérêt stratégique national ».

M. Trudeau a aussi précisé que les négociations avec Kinder Morgan se feront à huis clos, en compagnie du ministre des Finances Bill Morneau.

Malgré les assurances du gouvernement fédéral, l'Alberta entend par ailleurs aller de l'avant avec sa menace consistant à plus étroitement contrôler la vente de pétrole à la Colombie-Britannique, « afin d'obtenir le meilleur prix pour [leurs] ressources », a dit Mme Notley.

La Colombie-Britannique, largement dépendante du pétrole de l'Alberta voisine, pâtirait ainsi d'une nouvelle hausse des prix des produits de l'or noir.

Le président de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Tim McMillan, s'est dit satisfait de l’appui financier et législatif du gouvernement fédéral. Malgré ces promesses, il demeure sceptique quant au bon déroulement du projet.

Pour lui, l’abandon des pipelines Énergie Est et Northern Gateway ont sérieusement écorché la réputation du Canada comme bâtisseur de grands projets d’infrastructures. Il estime également que la construction de Trans Mountain aura un impact déterminant sur celle-ci.

Conjuguer environnement et développement économique?

Lors de son propre point de presse, M. Trudeau a soutenu que Trans Mountain donnerait l'occasion de « diversifier les débouchés pour les ressources naturelles canadiennes », qui sont actuellement largement écoulées sur le marché de « l'imprévisible » voisin américain, en plus de « créer des milliers de bons emplois en Alberta et en Colombie-Britannique ».

L'argumentaire du chef du gouvernement fédéral s'est aussi articulé autour de son engagement à « concilier le développement économique et la protection de l'environnement ».

« Nous allons respecter nos engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris et réduire les émissions de gaz à effet de serre », a assuré M. Trudeau.

Il n'a toutefois pas indiqué comment un projet permettant d'accroître la production déjà particulièrement polluante des sables bitumineux albertains et transporter ce pétrole vers les marchés asiatiques, avec les risques de déversement que cela suppose, pourrait se conjuguer à la lutte contre les changements climatiques.

« Financer un projet voué à l’échec, l’imposer à une province, ne pas obtenir le consentement des Premières Nations et faire fi de la science est la recette idéale pour renforcer la crise actuelle », a pour sa part prévenu le responsable de la campagne Énergie-Climat de Greenpeace Canada, Patrick Bonin.

Plus d'articles