Retour

L'Ontario limitera le prix de revente des billets

Le gouvernement ontarien prend les grands moyens pour contrer la revente, à des prix souvent astronomiques, des billets sportifs et de spectacles, en bannissant les logiciels d'achat automatisé et en limitant à 50 % toute surcharge que pourront demander les revendeurs.

Les robots collecteurs de billets sont utilisés par les revendeurs pour acheter en bloc une grande quantité de billets et les écouler par la suite à prix fort.

Le procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi, dit qu'il déposera son projet de loi à l'automne.

Comment la nouvelle réglementation s'appliquerait-elle en Ontario?

  • Si un fan voit sur un site de revente que le prix demandé pour un billet est supérieur à 150 % du prix nominal, il pourrait porter plainte auprès du ministère des Services aux consommateurs.
  • Des inspecteurs provinciaux enquêteraient.
  • La province pourrait imposer des amendes de 500 $ et plus aux contrevenants.

L'exemple du Québec

Le Québec, toutefois, n'a pas réussi à stopper la revente des billets à prix fort, malgré une loi adoptée il y a plus de cinq ans.

L'Union des consommateurs du Québec affirme, de son côté, que ce genre de réglementation peut fonctionner à court terme, mais que les revendeurs trouvent vite des façons de la contourner.

Le procureur Naqvi rétorque que les spectateurs lésés et l'industrie auraient aussi le droit en Ontario de poursuivre devant les tribunaux les revendeurs qui violeraient la nouvelle loi.

Réactions

Le géant américain de la revente des billets, StubHub, a une réaction mitigée, appuyant l'intention de l'Ontario de bannir les logiciels d'achat automatisé, mais tout en s'opposant au plafonnement des prix.

Pour StubHub, « toute législation devrait protéger le libre marché, parce que c'est ce qui fonctionne le mieux pour les fans, les prix étant plus concurrentiels lorsqu'il y a plus de concurrence entre revendeurs. »

Le cas de Tragically Hip

Le problème des prix exorbitants en revente s'était notamment manifesté l’été dernier pour les billets de la tournée pancanadienne de Tragically Hip.

Les fans du groupe de Kingston s’étaient plaints de ne pas avoir pu mettre la main sur l’un des billets, qui s’étaient envolés en quelques secondes pour ensuite se retrouver sur des sites de revente, beaucoup plus chers que le prix nominal.

La députée libérale de Kingston et les îles, Sophie Kiwala, avait déposé un projet de loi privé, après avoir vu « l'irritation croissante » des Ontariens.

Le procureur Naqvi dit que le plan qu'il propose ferait de l'Ontario un leader en Amérique du Nord.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine