Retour

L'opposition à l'Î.-P.-É. veut assujettir le postsecondaire à la loi sur l'accès à l'information

L'opposition à l'Île-du-Prince-Édouard voudrait assujettir les deux collèges et l'université de la province à la loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée.

Un texte de François Pierre Dufault

La province insulaire demeure la seule au pays où les établissements d'enseignement postsecondaires - de même que les municipalités - n'ont pas à se soumettre à une loi provinciale qui encadre la divulgation des documents publics et des renseignements personnels.

L'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, le collège Holland et le Collège de l'Île reçoivent plus de 100 millions de dollars en subventions du gouvernement provincial, souligne le chef progressiste-conservateur James Aylward.

« Puisqu'il s'agit de l'argent des contribuables, il devrait y avoir un plus haut niveau d'ouverture et de transparence », dit-il.

Le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée législative dit avoir rencontré des représentants de l'association étudiante à l'université insulaire qui aimeraient avoir un meilleur accès aux documents publics de l'établissement, comme les budgets, sans avoir à débourser des centaines de dollars dans certains cas.

La commissaire provinciale à l'information et à la protection de la vie privée, Karen Rose, souhaite également que les trois établissements d'enseignement postsecondaire soient soumis à la loi sur l'accès à l'information. Elle en a fait la recommandation dans un rapport, l'an dernier.

Une demande d'accès à l'information au gouvernement provincial coûte 5 $ pour les deux premières heures de recherche, puis 20 $ pour chaque heure de recherche additionnelle et huit cents par page pour les photocopies.

L'Université de l'Île-du-Prince-Édouard s'est dotée de sa propre politique sur l'accès à l'information en 2017. Chaque demande coûte à la base 25 $, puis 40 $ pour chaque heure de recherche nécessaire afin de trouver les documents demandés.

Par contre, les demandes d'accès à l'information sont gratuites au Collège de l'Île, étant donné le faible volume de demandes que reçoit le plus petit des trois établissements postsecondaires de la province.

Le collège de langue française s'est doté d'une politique sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée en 2013.

La direction du Collège de l'Île se dit ouverte à la possibilité que l'établissement soit un jour assujetti à la loi provinciale sur l'accès à l'information. Le cas échéant, elle demande toutefois au gouvernement de tenir compte de sa capacité administrative en lui accordant les ressources et la formation nécessaires, ainsi qu'une période de transition.

Le gouvernement libéral à Charlottetown n'est cependant pas prêt dans l'immédiat à assujettir les établissements d'enseignements postsecondaires à la loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée. « Des discussions ont lieu », affirme sans plus de détails le ministre Sonny Gallant, responsable de l'Enseignement supérieur.

L'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, le collège Holland et le Collège de l'Île reçoivent moins de la moitié de leur financement de la province.

Plus d'articles