Retour

L'opposition officielle au N.-B remet en question l’entente avec Enbridge Gaz

Au Nouveau-Brunswick, l'opposition officielle remet en doute les risques de pertes financières de la province dans le dossier Enbridge Gaz.

Au début du mois, la province a conclu une entente hors cours avec la compagnie, qui réclamait plus de 800 millions de dollars pour rupture de contrat. Enbridge Gaz avait le monopole sur la distribution du gaz naturel au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement faisait valoir qu'avec cette entente, il avait évité des pertes financières importantes. Les tarifs sont fixés jusqu'en 2019, mais à partir de 2020, les augmentations pourront inclure le remboursement des sommes investies précédemment par la compagnie.

L'opposition craint que ces augmentations ne soient très élevées et remet en question les risques financiers réels liés à la poursuite d'Enbridge. En mars 2015, le ministère des Finances avait prévu 40 millions de dollars pour faire face à d'éventuels frais liés à des poursuites judiciaires.

Cette somme est loin des 820 millions que réclamait Enbridge Gaz en cour, souligne le député progressiste-conservateur, Bruce Fitch.

« Si vraiment la probabilité était grande que Enbridge obtienne gain de cause en cour, la province aurait du prévoir un montant important pour y faire face », dit-il.

Selon M. Fitch, le fait qu'ils n'aient pas prévu faire face à une perte de plus de 800 millions de dollars laisse entendre qu'il y avait peu de chance qu'Enbridge l'emporte.

Le ministre Rick Doucet a défendu l'entente avec l’entreprise ontarienne en affirmant que la province avait évité aux contribuables une facture de plus de 800 millions de dollars.

Un point de vue que l'opposition conteste depuis la conclusion de l’entente hors cours et le dépôt d'un projet de loi qui assure un monopole à Enbridge sur la distribution du gaz naturel au Nouveau-Brunswick.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine