Retour

L'Union nationale métisse n'est pas la bienvenue à la table des négociations, dit la MMF

La Fédération des Métis du Manitoba persiste et signe : l'Union nationale métisse Saint-Joseph ne sera pas invitée à la table des négociations avec le gouvernement fédéral.

Dans une lettre ouverte envoyée à la ministre fédérale des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, Dolorès Gosselin dit qu'elle trouve « franchement insultant » et « aberrant » que le gouvernement fédéral traite uniquement avec la Fédération des Métis du Manitoba (MMF) lorsqu'il est question d'enjeux qui touchent les Métis de la province.

« L'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) existe depuis 130 ans et a toujours représenté les Métis francophones de la rivière Rouge », rappelle Mme Gosselin, grand-mère métisse et ancienne membre du conseil d'administration de l'organisme. Selon elle, l'exclusion de l'UNMSJM bafoue les droits de ses membres et concentre le pouvoir entre les mains d'un organisme principalement anglophone.

Mais la MMF est catégorique : l'UNMSJM n'est pas la bienvenue à la table des négociations avec Ottawa. « C'est la MMF qui est la représentante de la nation métisse au Manitoba », déclare la co-ministre, Mona Buors.

Mme Buors explique que, depuis que la Cour suprême du Canada a tranché en faveur des Métis manitobains au chapitre des concessions territoriales, plusieurs organismes revendiquent le droit de négocier au nom des Métis de la province.

« Il y a plein d'organisations qui veulent être [porte-parole des Métis] maintenant, mais ils n'ont pas fait le travail nécessaire. On a fait le travail nécessaire », réitère-t-elle.

Dans sa lettre à la ministre, Mme Gosselin affirme que les Franco-Métis sont mal représentés par la MMF et que cette dernière n'offre pas de services en français.

« Ce n'est pas vrai du tout, répond Mona Buors, co-ministre à la MMF. Nous avons le personnel en place pour que tous les services soient là pour tous nos citoyens métis du Manitoba. »

Dans le gouvernement métis, il y a des ministres qui parlent français, michif, saulteux, cri, ojibwé... on est bien équipés.

Mona Buors, co-ministre à la MMF

Bien que le site web de la MMF soit uniquement en anglais, Mme Buors assure qu'il y a suffisamment d'employés bilingues en place pour assurer un service en français aux membres qui le demandent.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine