Retour

L'UPAC mène 15 enquêtes au MTQ, selon la députée Ouellet

Le commissaire de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a indiqué que son équipe mène 15 enquêtes au ministère des Transports du Québec (MTQ), « particulièrement sur le projet Turcot », selon la députée péquiste Martine Ouellet.

Un texte de Ralph-Bonet Sanon

Mme Ouellet a résumé, vendredi après-midi, la rencontre à huis clos entre Robert Lafrenière et les élus membres de la Commission de l'administration publique (CAP). M. Lafrenière présentait le contenu d'une clé USB préparée par la vérificatrice Annie Trudel, mandatée par l'ex-ministre Robert Poëti pour enquêter sur des irrégularités alléguées au sein du MTQ. Mme Trudel a démissionné en avril.

« Il [Robert Lafrenière] nous a confirmé qu'il avait 15 enquêtes du côté du ministère des Transports, a déclaré Mme Ouellet au sortir de la rencontre. Il nous a dit aussi qu'il y avait des enquêtes particulièrement sur le projet Turcot et qu'ils sont allés une centaine de fois sur les chantiers de Turcot [à Montréal]. » Les enquêtes seraient de différentes natures, certaines d'analyse, d'autres plus formelles, a précisé l'élue péquiste.

Pour Mme Ouellet, l'ex-sous-ministre du MTQ Dominique Savoie - démise de ses fonctions depuis - a « très clairement sous-estimé le contenu de la clé USB » quand elle s'est présentée le 18 mai devant la commission parlementaire.

2563 documents pas encore publics

Selon les députées interrogées après le huis clos, la clé contient 2563 documents, dont 8 caviardés. La masse d'information est si élevée que la CAP cherche « une instance » qui identifierait les éléments devant être tenus confidentiels. « On va confier le mandat pour analyser le contenu parce qu'il y a des données nominatives, des informations [...] en principe protégées par nos règles de l'Assemblée nationale », a expliqué la présidente de la CAP, la députée péquiste Carole Poirier.

Le contenu de la clé ne sera rendu public qu'une fois que l'instance aura terminé son travail, a ajouté la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, sans donner d'échéance.

Le patron de l'UPAC a confirmé, en sortant de la rencontre, qu'il avait laissé la clé USB aux parlementaires dans son entièreté, hormis « une petite portion » qu'il a fallu caviarder pour protéger les enquêtes et les sources. Il n'a pas voulu dire pourquoi il avait initialement affiché des réserves à rendre public le contenu de la clé.

Prudente, la députée Françoise David dit n'avoir rien appris d'étonnant. Elle estime que les informations qui seront rendues publiques ne dissiperont que « partiellement » l'impression d'irrégularités au MTQ. « Il y a tellement d'informations qu'en fait, vous comme moi, devrons nous asseoir et regarder ces informations, pour regarder dans tout ça ce qui va nous apparaître particulièrement intéressant », a déclaré la porte-parole parlementaire de Québec solidaire aux journalistes.

Deux témoignages la semaine prochaine

Les membres de la CAP souhaitent rencontrer Annie Trudel et l'ex-vérificatrice interne du MTQ, Louise Boily, d'ici la fin de la session parlementaire, la semaine prochaine. Les partis d'opposition soupçonnent le ministère d'avoir soumis aux parlementaires des versions falsifiées de documents produits par les deux vérificatrices.

« Très clairement, il y avait une modification dans le rapport de Mme Boily, a déclaré Mme Ouellet vendredi. Ce n'est pas exact que c'était le même rapport qui avait été juste repaginé [...] Le rapport a été manipulé. »

Ce rapport d'audit de Mme Boily a été déposé en deux versions différentes, le 18 mai dernier, par le bureau du nouveau sous-ministre des transports. Celui-ci, dans une note ministérielle du 31 mai, a expliqué la disparité par un problème de pagination avec le logiciel Word.

De plus, le MTQ a produit un document intitulé « Suivi des propositions d'amélioration de la consultante - mai 2016 », sauf que la « consultante », Mme Trudel, parle de « fausses assertions » et de « documents erronés ».

Selon la députée Ouellet, l'UPAC a remis à la commission parlementaire la version papier du PowerPoint original que lui a remis Mme Trudel. « Il faudra valider si c'est la même version qu'il y a sur la clé USB », a-t-elle dit.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine